Marchés français ouverture 3 h 55 min
  • Dow Jones

    29 823,92
    +185,32 (+0,63 %)
     
  • Nasdaq

    12 355,11
    +156,41 (+1,28 %)
     
  • Nikkei 225

    26 797,78
    +10,24 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2086
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    26 550,16
    -17,52 (-0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    15 424,46
    -116,92 (-0,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,99
    -13,87 (-3,65 %)
     
  • S&P 500

    3 662,45
    +40,82 (+1,13 %)
     

Covid-19 : Darmanin annonce qu’il faut "s’attendre à des décisions difficiles"

·2 min de lecture

Invité sur France Inter mardi matin, Gérald Darmanin a évoqué la deuxième vague de covid-19 en France et expliqué qu’il allait falloir «s’attendre à des décisions difficiles».

Quelles mesures va prendre le gouvernement pour lutter contre la deuxième vague de covid-19 ? Alors qu’un Conseil de défense a lieu ce mardi matin, le ministre de l’Intérieur, Gérad Darmanin, était l’invité de France Inter. Il a expliqué qu’il fallait «s’attendre à des décisions difficiles», même s’il a indiqué ne pas savoir «lesquelles elles seront exactement». Interrogé sur un possible reconfinement, il a indiqué que «toutes les options sont sur la table (…). Il faut se poser des questions pour sauver des vies humaines». Pour lutter contre une situation «critique», «deux hypothèses» sont sur la table, a estimé lundi le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy: «aller vers un couvre-feu plus massif» ou «d'aller directement vers un confinement», «moins dur» que celui du mois de mars. Des médecins ont notamment appelé à avancer le couvre-feu feu mais surtout à confiner les week-ends, permettant ainsi de continuer à étudier ou travailler en semaine.

A lire :Le Conseil scientifique "avait prévu la 2ème vague" mais est "surpris par sa brutalité"

Répondant à ceux qui estiment que le gouvernement restreint délibérément les libertés des Français, il a mis en garde contre les «théories complotistes» qui minimisent la gravité du virus. «On aimerait tous la vie comme avant, mais à des moments il faut prendre des décisions dures. Et heureusement que le président de la République se soucie plus de sa responsabilité que de sa popularité», a-t-il ajouté. Il a en revanche salué le respect du couvre-feu, grâce notamment aux «12 000 policiers et gendarmes qui surveillent la moitié du territoire». «Il n’y a eu que 14 000 PV», a-t-il fait savoir.

Lundi, 2.761 malades graves du Covid étaient hospitalisés en(...)


Lire la suite sur Paris Match