La bourse est fermée
  • Dow Jones

    28 363,66
    +152,84 (+0,54 %)
     
  • Nasdaq

    11 506,01
    +21,31 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    23 474,27
    -165,19 (-0,70 %)
     
  • EUR/USD

    1,1826
    -0,0041 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    24 786,13
    +31,71 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    11 090,47
    +1 761,07 (+18,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    264,07
    +7,97 (+3,11 %)
     
  • S&P 500

    3 453,49
    +17,93 (+0,52 %)
     

Covid-19 : désagréables, trop sensibles, longs à analyser... Pourquoi les tests PCR sont si critiqués

Anne Brigaudeau
·2 min de lecture

"Testez, testez, testez !" avait ordonné l'Organisation mondiale de la santé en mars, au début de l'épidémie de coronavirus. Après un lent démarrage, la France parvient enfin, cinq mois plus tard, à réaliser un million de tests PCR par semaine, selon le bilan fourni par le ministre de la Santé, Olivier Véran. Mais à peine ce cap est-il franchi que ces tests détectant l'ARN (l'acide ribonucléique) du virus semblent sous le feu des critiques, même si leurs qualités de dépistage ne sont pas remises en causes. Que leur reproche-t-on ? Eléments de réponse.

Ils ne disent pas si un patient est contagieux

Ce qui est reproché aux tests PCR. "C'est un très bon test pour savoir si quelqu'un a été infecté, mais c'est un mauvais test de contagiosité", expose le médecin généraliste Yvon Le Flohic. En cause, la trop grande aptitude de ce test à "détecter de très petites quantités de matériel génétique" du virus, avait-il déjà expliqué au journal spécialisé Industrie-Techno. "On trouve même des 'fragments', des 'miettes' de virus", s'amuse-t-il.

Si on a une 'miette' de virus sur le prélèvement effectué dans (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi