La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 591,27
    +327,79 (+1,12 %)
     
  • Nasdaq

    11 880,63
    +25,66 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    25 527,37
    -106,93 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1843
    -0,0020 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    26 486,20
    +34,66 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    15 512,11
    -40,96 (-0,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    364,67
    +3,24 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 577,59
    +20,05 (+0,56 %)
     

Covid-19: la décision du Danemark d'abattre tous ses visons chamboule le secteur

·2 min de lecture

L’industrie de la fourrure ne parle plus que de ça. L’abattage de tout le cheptel de , décidé à la va-vite par Copenhague pour cause de coronavirus, a commencé à rebattre les cartes dans le secteur : le royaume scandinave est le premier producteur mondial de peaux de vison. En temps normal, quelque 17 millions de ces mammifères vivent dans les fermes d’élevage. Trois fois la population (humaine) du Danemark.

Pour le gouvernement social-démocrate, il était urgent d’agir. du nord-ouest du pays, des visons avaient attrapé une version mutée du Covid-19 et contaminé plus de 200 personnes en contact avec eux. De quoi s’inquiéter d’un regain de la pandémie par le biais de ces animaux dans un pays où elle a déjà tué plus de 760 personnes et contaminé plus de 63.000 autres. De plus, craint-on, la variante du virus dont sont porteurs les visons pourrait résister à un futur vaccin.

Copenhague, épicentre mondial du vison

Depuis sa décision drastique du 3 novembre, le gouvernement a dû admettre qu’un tel abattage de masse n’était pas autorisé par la loi. Il va falloir la modifier au plus vite, a priori d’ici mi-décembre. Ce cafouillage a poussé, mercredi 18 novembre, le ministre danois de l'Agriculture Mogens Jensen à démissionner. En attendant, la plupart des quelque 1.100 éleveurs ont obéi aux instructions et éliminé leur gagne-pain quotidien, en espérant que les compensations promises seront à la hauteur des dégâts causés.

Une maigre compensation, selon plusieurs d’entre eux. Même si, sur le papier, ils pourront reprendre leurs activités au-delà de 2022, combien voudront ou pourront repartir à zéro ? Selon les variations des cours de la peau de vison, ces professionnels ont exporté entre 670 millions et 1,75 milliard d’euros par an depuis 2009.

Les ventes se font via des enchères organisées par Kopenhagen Fur, société créée par les éleveurs. Des courtiers en fourrures convergent alors du monde entier vers Copenhague pour jauger, tâter, évaluer les peaux destinées à term[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi