La bourse ferme dans 6 h 2 min
  • CAC 40

    7 082,27
    -0,15 (-0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 170,57
    +7,12 (+0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 086,04
    +368,95 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0891
    +0,0025 (+0,23 %)
     
  • Gold future

    1 939,70
    -5,60 (-0,29 %)
     
  • BTC-EUR

    21 134,66
    -62,11 (-0,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,33
    +5,54 (+1,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,95
    +0,08 (+0,10 %)
     
  • DAX

    15 144,97
    +16,70 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 779,99
    +8,29 (+0,11 %)
     
  • Nasdaq

    11 584,55
    +190,74 (+1,67 %)
     
  • S&P 500

    4 076,60
    +58,83 (+1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    27 346,88
    +19,77 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 072,18
    +229,85 (+1,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,2318
    +0,0001 (+0,01 %)
     

Covid-19: les contrôles aux frontières en France ne sont pas nécessaires à ce stade, selon le Covars

AFP - Noel CELIS

La récente levée des restrictions sanitaires en Chine, à l'origine d'une explosion des contaminations par le coronavirus SARS-CoV-2 faisant craindre l'émergence de nouveaux variants, ne justifie pas "pour l'instant", de rétablir les contrôles aux frontières en France, a estimé jeudi l'immunologue Brigitte Autran, présidente du Comité de veille et d'anticipation des risques sanitaires (Covars).

"Sur le plan scientifique, il n'y a pas à ce jour de raison de rétablir des contrôles particuliers aux frontières (...) mais bien sûr cela peut changer quasiment d'un jour à l'autre", a déclaré Brigitte Autran sur Radio classique. A ce stade, "la situation est maîtrisée" et les informations scientifiques dont nous disposons ne signalent pas l'apparition de nouveaux variants préoccupants en Chine, a-t-elle poursuivi. Selon les informations disponibles, "les variants qui circulent en Chine sont tous de la famille Omicron et sont tous des variants qui ont circulé en France, donc (contre lesquels) nous avons acquis une immunité", a ensuite expliqué Brigitte Autran sur France Inter.

Pour l'instant, il n'y a donc pas "d'inquiétude particulière", même si les informations en provenance de Chine sont "parcellaires", mais dans la mesure où les autorités chinoises ont également réduit la fréquence des dépistages et modifié la méthodologie de recensement des cas d'infection et des décès, la situation reste évolutive.

"Pas un frein à l'entrée du virus"

Par ailleurs, "le dépistage aux frontières n'a jamais empêché un virus de pénétrer" dans un territoire et une telle mesure n'aurait de sens qu'à l'échelle européenne, pas à l'échelle nationale, a souligné Brigitte Autran sur France Inter. "Le test éventuel ne serait pas un frein à l'entrée du virus. Il n'y a pas de frein à l'entrée du virus: le seul frein à l'entrée du virus, c'est de ne pas venir", a-t-elle noté.

Face à la flambée épidémique sans précédent observée en Chine depuis l'abandon de la politique "zéro COVID-19" au début du mois face à une contestation populaire croissante, plusieurs pays - dont les Etats-Unis, le Japon ou l'Italie par exemple - ont rétabli l'obligation de présenter un test de dépistage négatif aux voyageurs en provenance de Chine.

En France, le président Emmanuel Macron a demandé au gouvernement des "mesures adaptées" de protection des Français et de regarder "des actions à la fois au niveau national e[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi