La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,18 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    35 580,39
    -978,16 (-2,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,22 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,54 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,82 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Covid-19 et contamination des enfants: le variant Delta rebat les cartes de la rentrée

·2 min de lecture

Le variant Delta du coronavirus, majoritaire en France et plus contagieux, change la donne de la pandémie de Covid-19. Les enfants sont-ils plus à risque que précédemment ? Comment bien préparer le retour en classe ? Challenges fait le point.

La rentrée se prépare. A son lot d’inquiétudes habituelles, vient s’ajouter pour la seconde année consécutive le Covid-19. Entre les variants et les protocoles sanitaires, les sujets de tension ne manquent pas. Challenges fait le point sur un mois de septembre qui s'annonce mouvementé.

Un variant Delta qui change la donne

Le enfants sont souvent asymptomatiques, et chez eux les formes graves de Covid-19 demeurent très rares. Mais la situation a changé avec le variant Delta. Si ce dernier, devenu majoritaire en France au mois de juillet, selon Santé Publique France, ne semble pas plus dangereux pour les enfants, c’est sa contagiosité qui rebat les cartes. "Le variant Delta est plus contagieux que les variants précédents, il se propage donc plus rapidement dans les populations, notamment non vaccinées, comme les enfants", explique Alexandre Belot, professeur en pédiatrie et responsable coordonnateur d’un centre national de référence des maladies inflammatoires de l’enfant à Lyon.

Plus de contaminations donc plus d’infections et automatiquement plus de formes graves. "Cela reste des situations rares, c’est d’ailleurs ce qui les rend difficiles à reconnaître. Elles sont de plus très différentes des formes graves des adultes" précise le Pr Belot. Celle de l'enfant se manifeste sous la forme d’une inflammation généralisée du corps, nommée PIMS. Elle survient environ un mois après une infection au Covid-19, souvent passée inaperçue. "Les symptômes peuvent être multiples : éruption cutanée, conjonctivite, fatigue très importante. Peu spécifiques, ils peuvent retarder le diagnostic". Si ces formes graves sont rares, elles ne sont pas bénignes, dans les deux tiers des cas, elles peuvent mener à la réanimation. "Alors à la demande d’une association de patients, , au début de l’été, pour aider à l’identification et à la prise en charge de ces cas exceptionnels" précise le Pr Belot.

Une rentrée scolaire maintenue

En cette fin d’été, la question de la rentrée scolaire se pose alo[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles