La bourse ferme dans 1 h 58 min
  • CAC 40

    5 833,83
    +3,18 (+0,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 711,85
    +7,00 (+0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 205,72
    +281,58 (+0,91 %)
     
  • EUR/USD

    1,1939
    -0,0040 (-0,33 %)
     
  • Gold future

    1 703,60
    +2,90 (+0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    40 713,43
    -1 019,97 (-2,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    972,29
    +29,11 (+3,09 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,69
    +1,86 (+2,91 %)
     
  • DAX

    14 057,43
    +1,09 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    6 705,10
    +54,22 (+0,82 %)
     
  • Nasdaq

    12 828,19
    +104,72 (+0,82 %)
     
  • S&P 500

    3 803,22
    +34,75 (+0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3859
    -0,0035 (-0,25 %)
     

Covid-19 : la Chine et l'OMS auraient pu agir plus vite et plus fort, selon une expertise indépendante

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Un rapport en forme de blâme. Plus d'un an après les premiers cas de Covid-19 en Chine, il ressort d'une expertise indépendante que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et Pékin auraient pu agir plus vite et plus fort pour alerter. Dans son second rapport, qui sera présenté mardi 19 janvier lors d'une réunion à l'OMS, ce panel d'experts mandaté par l'agence onusienne souligne qu'"il aurait été possible d'agir plus vite sur la base des premiers signes", et que des mesures d'endiguement auraient dû être immédiatement mises en œuvre dans tous les pays confrontés à un cas probable.

Et, ajoutent-ils, "il est clair que des mesures de santé publique auraient pu être appliquées plus énergiquement par les autorités chinoises locales et nationales en janvier" 2020.

La lenteur de l'OMS à réunir son comité d'urgence au début de la pandémie et ses hésitations à déclarer l'urgence sanitaire internationale, degré d'alerte le plus élevé pour une épidémie, sont également pointées du doigt.

"On ne voit pas clairement pourquoi il ne s'est pas réuni avant la troisième semaine de janvier, ni pourquoi il n'a pu d'emblée s'entendre sur la déclaration d'une urgence de santé publique de portée internationale", écrivent-ils.

"Une épidémie en grande partie cachée"

Depuis le début de la crise sanitaire fin 2019, l'OMS a été vivement critiquée dans sa réponse, tardant notamment à (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi