La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 765,39
    -35,21 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    13 826,97
    -73,21 (-0,53 %)
     
  • Nikkei 225

    29 538,73
    -229,33 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,1910
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 453,28
    -245,52 (-0,86 %)
     
  • BTC-EUR

    50 410,01
    +12,21 (+0,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 282,20
    -12,39 (-0,96 %)
     
  • S&P 500

    4 123,99
    -4,81 (-0,12 %)
     

Comment le Covid-19 a changé les comportements d'épargne ?

·2 min de lecture

En huit semaines de confinement, les Français ont épargné 55 milliards d'euros, selon la Banque de France. Une «cagnotte» qui pourrait atteindre les 100 milliards d'euros d'ici la fin de l'année. Ainsi, après avoir atteint 20% au premier trimestre, le taux d'épargne, pourrait s’élever à 30% au deuxième trimestre. Du jamais vu : le taux d’épargne variant habituellement entre 14 et 16%. Bien sûr, les moyennes sont trompeuses. Car c’est une France coupée en deux qui s’est dessinée pendant le confinement. Entre un tiers (Baromètre épargne et placements de BPCE-Audrep) et un quart (sondage du courtier Altaprofits) des Français auraient épargné durant cette période. Sans surprise, c’est la clientèle patrimoniale qui a le plus économisé.  Epargne d’attente ou de précaution ? Un autre tiers a puisé dans ses économies. Même si «grâce aux mesures de soutien, le pouvoir d’achat s’est moins dégradé que pendant la crise des gilets jaunes», constate Alain Tourdjman, directeur des études et prospectives de BPCE. La plus grande partie de l'épargne (44%) a été laissée sur des comptes courants, une grosse part a aussi été portée sur des livrets réglementés (36%), et seulement 20% investis sur des produits à plus long terme : 10% en assurance vie et 10% en Bourse indique Altaprofits. «Nous n’avons pas poussé nos clients à investir cette épargne à long terme car nous pensions, comme l’espérait le gouvernement, que la consommation allait vite reprendre», explique Yann Lhuissier, directeur marchés & clients, banque privée et développement immobilier de LCL. Mais il n’est pas certain que cette épargne Covid se retrouve entièrement dans la consommation, ni à l’inverse sur de l’épargne de long terme. Près de 60% des épargnants (58% exactement) déclarent qu'ils vont consacrer leur épargne aux loisirs, aux vacances, à Cliquez ici pour lire la suite