La bourse ferme dans 1 h 18 min
  • CAC 40

    5 808,92
    -0,81 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 701,70
    -6,02 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    31 373,22
    -18,30 (-0,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2058
    -0,0029 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 709,30
    -24,30 (-1,40 %)
     
  • BTC-EUR

    42 354,39
    +1 364,86 (+3,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 020,50
    +32,40 (+3,28 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,72
    +0,97 (+1,62 %)
     
  • DAX

    14 031,69
    -8,11 (-0,06 %)
     
  • FTSE 100

    6 636,98
    +23,23 (+0,35 %)
     
  • Nasdaq

    13 208,61
    -150,17 (-1,12 %)
     
  • S&P 500

    3 847,01
    -23,28 (-0,60 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3939
    -0,0018 (-0,13 %)
     

Covid-19, CDG Express, terminal T4... ADP fait face à des vents contraires

·1 min de lecture

Un retour en arrière en forme de crash. ADP, qui exploite une vingtaine de plateformes aéroportuaires dans le monde - dont Charles-de-Gaulle et Orly -, battait des records de croissance il y a un an. Ses résultats de 2020 témoignent d'un record à la baisse : à 96,3 millions, le nombre de passagers s'est écroulé de 60,4% (et de presque 70% sur les sites parisiens). "Nous sommes revenus au niveau de trafic d'il y a vingt-cinq ans", déplore le PDG du groupe, Augustin de Romanet, en poste depuis 2012.

Le chiffre d'affaires a été divisé par plus de deux (-54,5%), à 2,137 milliards d'euros, au lieu de 4,7 milliards en 2019. Les pertes, elles, s'envolent à 1,17 milliard. Le seul "miracle", selon Philippe Pascal, le directeur général adjoint finances, stratégie et administration, se traduit par un résultat brut d'exploitation de 168 millions d'euros. À comparer avec celui de 1,77 milliard enregistré un an plus tôt - soit un plongeon de 90,5%. Pour tenir, le groupe a lancé un plan massif de réduction des coûts, avec 668 millions d'euros d'économies prévues et 1.500 départs, dont 700 non remplacés. Ainsi qu'une baisse des rémunérations de 8%.

Dans ce contexte particulièrement sombre et un climat social tendu, le groupe doit faire face à deux autres mauvaises nouvelles. La première concerne le projet serpent de mer du CDG Express : la liaison ferrée entre l'aéroport et la capitale. Évoqué dès la fin des années 1990, interrompu une première fois avant le début des travaux à cause de la ...


Lire la suite sur LeJDD