La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 082,75
    +261,45 (+0,77 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,10
    +113,83 (+0,83 %)
     
  • Nikkei 225

    28 508,55
    -591,83 (-2,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,2035
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 621,92
    -513,81 (-1,76 %)
     
  • BTC-EUR

    46 213,47
    -684,43 (-1,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 284,28
    +21,32 (+1,69 %)
     
  • S&P 500

    4 164,16
    +29,22 (+0,71 %)
     

Covid-19 : en Auvergne-Rhône-Alpes, "la situation est préoccupante", affirme l'infectiologue Jean-Paul Stahl

franceinfo
·1 min de lecture

Le nombre de patients admis en soins critiques en raison de l'épidémie de Covid-19 a augmenté de 25 % en une semaine en Auvergne-Rhône-Alpes. "La situation sanitaire est préoccupante", affirme jeudi 8 avril sur franceinfo Jean-Paul Stahl, professeur de maladies infectieuses et tropicales au CHU de Grenoble.

L'ensemble des hôpitaux de la région "ont reçu pour instruction de déprogrammer un certain nombre d'interventions chirurgicales pour mettre à disposition à la fois du matériel et surtout du personnel pour prendre en charge les patients Covid les plus graves."

"On est toujours capables de bricoler"

Jean-Paul Stahl rappelle qu'il y a toujours un décalage de quinze jours à trois semaines "entre ce qui est constaté en termes de contamination et ce qui se passe à l'hôpital". Selon lui, "si les mesures marchent – et il semblerait que ces mesures aient une certaine efficacité - l'impact dans les hôpitaux ne se verra que dans deux semaines à peu près".

Au CHU de Grenoble notamment, les équipes soignantes sont "dans la phase de déprogrammation des interventions chirurgicales, ce qui est déjà en soi un problème parce que certains patients ne pourront pas bénéficier de soins programmés". Mais à la question de savoir si les hôpitaux peuvent encore "absorber des patients", Jean-Paul Stahl répond par l'affirmative "parce qu'on est toujours capable de bricoler". "On ne laissera jamais, absolument jamais, quelqu'un à la porte de l'hôpital." Mais il souligne que "cela se fait au (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi