La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    42 398,54
    +977,33 (+2,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

Covid-19 : des étudiants lillois lancent un compte Instagram de bonnes nouvelles

franceinfo
·1 min de lecture

Ils ont tous les trois la vingtaine, sont amis, et ont créé un compte Instagram d'informations positives, appelé Smile Infos. C'est en novembre dernier qu'ils ont sauté le pas, déprimés par l'actualité exclusivement liée au Covid-19 à la télévision et à la radio. "C'est chaque jour la course au nombre d'hospitalisations, au nombre de réanimations, aux pourcentages de gens qui meurent, ceux qui survivent, déplore Pierre-Loup, l'un des fondateurs.

"C'est hyper anxiogène pour des gens qui ne sortent pas, et encore plus nous les jeunes qui n'avons aucune interaction sociale : notre école est fermée depuis un an."

Pierre-Loup

à franceinfo

Ces trois jeunes sont étudiants à l'Edhec, une école de commerce à Lille. A l'origine, c'est Matthieu qui a l'idée de ce compte, et choisit Instagram pour séduire les jeunes qui délaissent les journaux. Il pense ce compte comme un filtre à bonheur, une sélection de trois informations par jour, piochées dans différents médias et résumées en quelques lignes. "Sur chaque post, on va citer le média auquel on s'est référé, pour nous c'est très important", explique Matthieu.

"Dès lors qu'on trouve une information, on la vérifie sur trois voire quatre médias vérifiés au minimum, précise Pierre-Loup. On ne va jamais prendre les informations sur Facebook ou Twitter car on estime que les réseaux sociaux, ça peut très vite aller dans la fake news."

Une "petite rédaction qui fonctionne bien"

Tout ce travail se fait sous la surveillance de Fabrice Poisblaud, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi