La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    41 468,89
    +395,74 (+0,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Courtepaille trouvera-t-elle enfin sa recette magique ?

·1 min de lecture

Avec son toit rond en chaume et sa cheminée si typiques, difficile de manquer le restaurant Courtepaille à la sortie de Cussy-les-Forges, dans l’Yonne, en direction d’Avallon. "C’était le plus ancien de cette chaîne encore en activité, relate le maire du village, Angelo Arena. Il a été ouvert en 1964." Mais après le premier confinement au printemps dernier les portes de l’établissement sont restées closes. "C’est définitif", soupire l’édile. Les salariés ont été soit licenciés, soit recasés dans le restaurant de Nitry, situé à une vingtaine de kilomètres. "On a espéré pouvoir sauver le site mais il n’était apparemment plus viable", explique un syndicaliste. Tant pis pour la belle histoire.

Alençon, Epinal, Périgueux ou Saintes… Il n’y a pas que les amateurs d’andouillettes et de grillades de Cussy-les-Forges qui doivent chercher ailleurs pour se faire plaisir. Ces derniers mois, ce sont une quarantaine de Courtepaille qui ont définitivement mis la clé sous la porte. Un moindre mal, oserait-on dire, vu la situation de cette célèbre enseigne de restauration. Après l’avoir mise en vente au printemps dernier, son propriétaire, le fonds britannique ICG, a demandé au tribunal de commerce d’Evry son placement en redressement judiciaire fin juillet. Sur les quatre repreneurs en lice, c’est l’offre de TDR, l’actionnaire de Buffalo Grill et leader du marché du grill (360 restaurants), qui a été jugée la mieux-disante, à commencer par le prix d’acquisition proposé, 17 millions d’euros. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le Danemark tire un trait définitif sur le vaccin AstraZeneca anti-Covid-19, que va-t-il faire de ses stocks ?
Le Brexit a redonné sa "liberté" au Royaume-Uni, pour James Dyson
Orange lance une OPA sur sa filiale en Belgique
Turquie : la livre risque une descente aux enfers face au dollar, la banque centrale a perdu sa crédibilité !
Marc Ladreit de Lacharrière gagne face au fisc sur le transfert de sa fortune au Luxembourg