La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1872
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 812,50
    -18,70 (-1,02 %)
     
  • BTC-EUR

    34 874,51
    +1 476,30 (+4,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3908
    -0,0050 (-0,35 %)
     

A court de cash, Laeticia Hallyday demande à étaler ses dettes

·1 min de lecture

Laeticia Hallyday continue à jouer au chat et à la souris avec le fisc français. La veuve du rocker, en reprenant son héritage, a aussi récupéré d’importantes dettes vis-à-vis du fisc, qui s’élèvent entre 30 et 34 millions d’euros au total selon la presse. Problème : la veuve du taulier n’a pas le cash pour payer cette ardoise tout de suite. Dans l’héritage, “il y a du patrimoine, peu de trésorerie et beaucoup de dettes”, a-t-elle expliqué à Paris Match. Pour sortir de ce guêpier, l’héritière tente donc de faire patienter le fisc, le temps de faire rentrer du cash en vendant les diverses propriétés immobilières de l’ex-idole des jeunes.

Et, pour allonger encore un peu plus les délais, Laeticia Hallyday a décidé d’utiliser la procédure dite de sauvegarde, un dispositif qui permet de geler les dettes, ainsi que les actions en justice des créanciers, c'est-à-dire en l'espèce le fisc. Durant cette procédure, Laeticia va proposer un “plan de sauvegarde”, c’est-à-dire un étalement du remboursement des dettes sur une longue période (dix ans maximum).

Dans un premier temps, Laeticia a obtenu une sauvegarde pour une première société appartenant à Johnny, Navajo SARL, à qui le fisc réclamait 13 millions d’euros. Rebelote le 7 juin : la veuve vient d’obtenir du tribunal de commerce de Paris une autre procédure de sauvegarde de six mois, cette fois pour la société Artistes et promotion SARL, à qui le fisc réclame 2,5 millions d’euros, ce qui en fait son créancier quasi-unique. L’ancien mannequin (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pernod Ricard atteint son objectif de rentabilité grâce à la réouverture des bars
Livraison de courses : l'entreprise turque Getir se lance à Paris
Des stars de Twitter vont pouvoir tester de nouvelles fonctionnalités
Des dizaines de millions d’euros volatilisés en France dans une arnaque aux cryptomonnaies
Casino : rumeurs de vente d’envergure au Brésil

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles