Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 539,96
    -107,14 (-0,28 %)
     
  • EUR/USD

    1,0702
    -0,0040 (-0,37 %)
     
  • Gold future

    2 349,20
    +31,20 (+1,35 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 136,71
    -1 294,50 (-2,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 374,87
    -43,00 (-3,03 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,46
    -0,16 (-0,20 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 654,45
    -13,12 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 422,76
    -10,98 (-0,20 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2683
    -0,0078 (-0,61 %)
     

Course contre la montre pour retrouver des survivants au Maroc

Dans les montagnes reculées de l'Atlas, c'est la course contre la montre pour retrouver des survivants, cinq jours après le plus puissant séisme jamais enregistré au Maroc. Plus de 2 900 morts et au moins 5 530 blessés, des familles entières décimées et des villages rasés, coupés du monde, où l'aide arrive par hélicoptère. Les autorités marocaines ont sollicité plusieurs pays étrangers comme l'Espagne, la Grande-Bretagne, le Qatar et les Emirats arabes unis. 100 000 enfants sont affectés par cette catastrophe, dans les régions inaccessibles on craint de mourir de faim et de froid, sans toit au dessus de la tête. A cela s'ajoute la peur des répliques, plus de 25 ont déjà secoué la Maroc depuis le 8 septembre.

Le roi du Maroc Mohammed VI a rendu visite aux blessés et donné son sang.

Les autorités marocaines sont critiquées pour n'accepter qu'une aide étrangère limitée. Mais elles affirment vouloir éviter un goulot d'étranglement de dizaines de pays et d'organisations humanitaires arrivant pour aider.

A Marrakech, environ 85 % des maisons de la médina historique ont été détruites. Construites en pisé, elles étaient trop fragiles pour résister au tremblement de terre. Inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1985, ce joyau touristique est aujourd'hui une ville de sans-abris.