La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    53 041,80
    +3 494,82 (+7,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

La course au vrac des grandes enseignes

·2 min de lecture

La vente en vrac se développe dans les enseignes de la grande distribution. Par choix mais aussi par obligation. La loi Climat et Résilience, impose pour janvier 2030, que 20% de la surface de vente des magasins de plus de 400 m2 soit destinée aux produits en vrac. Comment Système U, Carrefour ou encore le groupe Casino s’organisent à l’approche de cette mesure?

Du gel douche, des croquettes pour chien, des noix de cajou pour l'apéro... Le vrac envahit les rayons des magasins. Et ce n'est qu'un début. A partir du 1er janvier 2030, tous les commerces de plus de 400 m2 seront dans l’obligation de proposer sur au moins 20% de leur surface des produits en vrac. C'est ce que stipule , publiée au journal officiel le 24 août 2021, qui s'inscrit dans (Anti-Gaspillage pour une Économie Circulaire). Cependant, avant même que la loi ne soit promulguée les grandes enseignes ont mis en place un certain nombre de dispositifs liés à.

Mais qu'appelle-t-on vrac? Le magasin doit cumuler trois conditions définies par la loi AGEC. Tout d’abord les produits ne doivent contenir aucun emballage primaire, ensuite le consommateur doit pouvoir choisir la quantité qui lui convient, et enfin, le contenant utilisé doit être ré-employable. Thierry Desouches, porte-parole de Système U, ne voit pas la nouvelle comme une contrainte mais plutôt comme ‘’un défi qu’on saura relever pour répondre à cette nécessité’’. Mais il insiste bien, ce n’est pas une mesure facile à mettre en place, et qui ‘’ne dépend pas uniquement du distributeur, mais aussi du fournisseur et surtout du consommateur’’.

Un travail sur toute la chaîne

Pour proposer du gel douche ou encore des céréales en vrac dans un magasin c’est en fait toute la chaîne de distribution qui est impactée. Il ne suffit pas d’enlever les produits du carton et de les verser dans les distributeurs en libre service. La logistique liée à l’emballage se fait aussi avec le fournisseur. Cet emballage est notamment présent pour faciliter le transport du produit, et pour qu'il soit plus facile à manipuler une fois en magasin. ‘’Il est plus facile de livrer des palettes de boîtes de conserve, que des palettes de produits en vrac’’, précise Thierry Desouches. La réflexion doit donc être menée sur l’ensemble de la chaîne, et bien en amont de l’étape d'achat en magasin. Si 2030 peut paraître de prime abord éloigné, ‘’c[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles