La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    41 288,28
    -9 502,18 (-18,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

La course aux armements va-t-elle être relancée par la fourniture de sous-marins américains à propulsion nucléaire ?

·2 min de lecture

Benjamin Hautecouverture, de la Fondation pour la recherche stratégique explicite pour Sciences et Avenir ce que sont ces sous-marins américains à propulsion nucléaire qui doivent être fournis à l'Australie, le bouleversement géostratégique qu’ils induisent en Indo Pacifique ainsi que les risques possibles de prolifération.

Un camouflet XXL pour la France, c’est le ressenti de beaucoup avec l’affaire des "sous-marins australiens", que le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a lui-même qualifié de "coup dans le dos". Ce que l’on sait moins, c’est que "la communauté internationale de la non-prolifération" a, elle aussi, été ébranlée par l’annonce brutale à la mi-septembre de l’accord dit AUKUS (Australie, Royaume-Uni, Etats-Unis). Depuis, les spécialistes qui suivent l’évolution du développement du nucléaire (1) depuis des décennies - aussi bien des chercheurs de think tanks, des fonctionnaires internationaux que des responsables proches des politiques - ont commencé de prendre la mesure des risques nouveaux que fait courir cet accord. Il prévoit, rappelons-le, après abandon de la commande faite à l’entreprise française Naval Group (2) de 12 sous-marins d’attaque type Barracuda (modifiés) à propulsion conventionnelle au diesel, l’acquisition par l’Australie de sous-marins d’attaque américains à propulsion nucléaire de type Virginia. Un engin qualifié "d’arme absolue en milieu marin", par Benjamin Hautecouverture, maître de recherches à la , joint par Sciences et Avenir – La Recherche. "C’est à l’issue d’une étude de 18 mois à venir que seront détaillés les termes exacts" du contrat, précise-t-il. Mais on imagine déjà comment "peut être exploitée la brèche ouverte par cet accord" d’un point de vue technique - quels seront les transferts de technologie envisagés à cette occasion ? Sans que soit minimisé l’aspect "politico-diplomatique" fondamental de cet accord, d’autant plus qu’il concerne , où les intérêts de la France et de l’Europe sont majeurs (lire encadré "La stratégie européenne de coopération en Indo-Pacifique"), "une région qui va devenir ce que fut la Méditerranée".

Dans ce contexte, comment réagir désormais au niveau international vis-à-vis d’"un Etat mal intentionné ou qui voudrait donner corps à une stratégie de seuil", autrement dit proche de l’obtention d’arm[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles