La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 238,32
    -163,69 (-0,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,2089
    -0,0097 (-0,80 %)
     
  • Gold future

    1 718,70
    -56,70 (-3,19 %)
     
  • BTC-EUR

    39 961,27
    -2 368,46 (-5,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    968,97
    +35,84 (+3,84 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,28
    -1,25 (-1,97 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 339,97
    +220,54 (+1,68 %)
     
  • S&P 500

    3 852,01
    +22,67 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3935
    -0,0078 (-0,55 %)
     

La 'Cour suprême' de Facebook a rendu ses premières décisions sur la modération trop 'vague' du réseau

·2 min de lecture

La 'Cour suprême' de Facebook s'est prononcée. Le conseil de surveillance du réseau social a rendu ses premières décisions sur la très controversée politique de modération du réseau social, mais des interrogations subsistent sur la portée réelle de ce conseil des sages au-delà d'une poignée de contentieux. L'instance indépendante a jugé "vagues" certaines règles de la plateforme et annulé quatre décisions de supprimer des contenus d'utilisateurs, sur cinq cas examinés. Elle a par exemple demandé à Facebook de remettre la photo d'un sein (publiée dans le cadre d'une campagne sur le dépistage du cancer), selon un communiqué publié jeudi 28 janvier.

Elle a aussi tranché en faveur d'un utilisateur français qui évoquait un prétendu scandale à l'Agence nationale du médicament, le régulateur du secteur de la santé, et jugeait que l'hydroxychloroquine pouvait sauver des vies, dans un groupe consacré au Covid-19. Pour Facebook, cette publication présentait "un risque imminent (...) de danger physique", mais pour le conseil de surveillance, le règlement du site sur la désinformation et le danger physique imminent étaient "indûment vagues".

À lire aussi — Voici les 6 premiers cas sur lesquels la 'cour suprême de Facebook' va devoir se prononcer

Les membres du conseil de surveillance — des personnalités de la société civile — sont chargés d'évaluer des décisions de la plateforme sur certains contenus jugés problématiques. Leurs décisions sont contraignantes et ils espèrent, à travers leurs recommandations, faire jurisprudence sur les questions majeures qui taraudent le réseau.

Facebook est tiraillé depuis des années entre respect de la liberté d'expression et nécessité de protéger les individus des incitations à la violence, harcèlement en ligne et autres publications qui peuvent rendre la plateforme infréquentable pour certains utilisateurs, et donc pour les annonceurs.

La poignée de premiers cas dont s'est saisi le conseil concerne quatre continents — Europe, Amérique du Nord, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Signal ne sait quasiment rien de ses utilisateurs et cela complique la modération des contenus extrémistes
Le vaccin à dose unique de Johnson & Johnson montre une efficacité de 66% contre le Covid-19
Xiaomi dévoile "Mi Air Charge", un système de recharge de téléphone à distance
Dogecoin, une cryptomonnaie lancée comme une farce, bondit de 264% grâce à un forum Reddit
Les 10 patrons les plus influents sur Twitter et Linkedin en France