Marchés français ouverture 5 h 35 min
  • Dow Jones

    34 548,53
    +318,19 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 632,84
    +50,42 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    29 408,83
    +77,46 (+0,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,2066
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 637,46
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    46 593,22
    -794,79 (-1,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 461,39
    -10,03 (-0,68 %)
     
  • S&P 500

    4 201,62
    +34,03 (+0,82 %)
     

La Cour des comptes s'alarme d'une augmentation durable des dépenses

·2 min de lecture

Un cri d'alarme. La Cour s'inquiète ce mardi des dépenses supplémentaires liées à la crise qui ont représenté 49,7 milliards d'euros, tandis que les pertes de recettes ont atteint 37,3 milliards d'euros. Pis: les dépenses non imputables à la pandémie sont aussi en forte progression...

Une nouvelle fois, la est en émoi. Déficit et dette qui explosent, quatre lois de finances rectificatives... L'exécution du budget de l'Etat a été bouleversée par la crise sanitaire en 2020, relève la Cour des comptes ce mardi, qui s'inquiète d'un risque d'augmentation des dépenses sur la durée.

La crise sanitaire a coûté près de 93 milliards d'euros au budget de l'Etat en 2020 (hors périmètre de la sécurité sociale et des collectivités), selon l'évaluation réalisée par la et publiée dans son rapport annuel sur l'exécution du budget de l'Etat. "Même si ce chiffre est entouré d'une marge d'incertitude, il rend compte de l'ampleur du coût de la crise et des mesures prises par l'État pour y répondre", souligne la juridiction financière. Les dépenses supplémentaires liées à la crise ont représenté 49,7 milliards d'euros, tandis que les pertes de recettes ont atteint 37,3 milliards d'euros, dont 32,3 milliards de recettes fiscales en moins. Il faut encore y ajouter 5,7 milliards d'euros liés au déficit des comptes spéciaux (comptes d'affectation spéciale, comme celui de gestion des participations de l'Etat, etc.).

Les dépenses non imputables à la crise ont elles aussi progressé

Outre l'effet de l'épidémie de Covid-19, la Cour note que les dépenses non imputables à la crise ont elles aussi fortement progressé de 6,7 milliards d'euros en 2020, "soit une dynamique de croissance proche de celle de 2019 (+7,3 milliards) et bien supérieure à celle de 2018 (+1,5 milliards)". Cela traduit "une hausse structurelle des dépenses", souligne l'institution, qui s'inquiète, "d'un risque d'+effet cliquet+" qui ferait que les dépenses de l'Etat se maintiendraient "à un niveau durablement plus élevé qu'avant-crise, pesant ainsi sur la trajectoire de solde et de dette publics". Alors que le a plongé de 8,2% l'an dernier, la dette (115,7% du PIB) et le déficit public (9,2%) ont atteint des records en 2020.

La Cour avance des incertitudes encore fortes pour 2021, sur la durée des mesures d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi