La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 930,93
    -127,59 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    14 762,58
    +102,01 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    27 581,66
    -388,56 (-1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,1853
    +0,0027 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    25 473,88
    +387,45 (+1,54 %)
     
  • BTC-EUR

    33 792,92
    +1 489,09 (+4,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    936,29
    +6,37 (+0,68 %)
     
  • S&P 500

    4 400,64
    -0,82 (-0,02 %)
     

La Cour des comptes pousse pour une réforme des retraites

·2 min de lecture

Dans un rapport remis ce mardi à l’Elysée sur la stratégie de redressement des finances publiques, les magistrats soulignent les effets économiques positifs d’un recul de l’âge légal.

"Le fait que le déséquilibre financier des retraites résulte largement de causes démographiques pose le débat du relèvement de l’âge d’ouverture des droits à la retraite ou des conditions de la retraite à taux plein." Le ton est, comme souvent, très prudent mais le message est néanmoins limpide. Dans un rapport remis ce mardi à l’Elysée, la Cour des comptes considère qu’une est inévitable et en fait un des piliers de la stratégie de redressement des finances publiques après la crise sanitaire. Une analyse qui a dû faire plaisir aux services de Bercy et au ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, partisans du recul de l’âge légal.

Lire aussi

Tout d'abord, les magistrats préviennent, dans leur rapport, que la croissance économique ne suffira pas à elle seule à amorcer , qui a atteint 115,7% du PIB en 2020. Ils appellent à une politique déterminée de réduction des déficits à partir de 2023, en supposant que la crise sanitaire prenne fin cette année. Ils privilégient, sans surprise, une maîtrise accrue des dépenses, dont le niveau était déjà supérieur de 8,6 points de PIB à la moyenne de la zone euro en 2019. Cinq domaines sont notamment passés au crible: l’assurance maladie, les minimas sociaux, les politiques de l’emploi et du logement, et bien sûr les retraites.

Des particularités françaises

La Cour souligne ensuite les bienfaits des mesures prises depuis près de trente ans pour équilibrer le régime général: indexation des pensions sur les prix au lieu des salaires, allongement de la durée de cotisation à 43 ans, recul de l’âge légal de 60 à 62 ans... De quoi limiter la hausse tendancielle des pensions, qui devraient représenter un peu moins de 14% du PIB en 2030, au lieu de 20% si les gouvernements n’avaient rien fait. Mais les effets de ces mesures commencent à s’estomper et le déficit des retraites est d’ores et déjà attendu entre 0,1% et 0,4% du PIB dès 2025.

Si les magistrats ne se prononcent pas sur la pertinence , souhaité par Emmanuel Macron, ils poussent cl[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles