La bourse ferme dans 2 h 58 min
  • CAC 40

    5 950,32
    +13,90 (+0,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 430,80
    -2,65 (-0,08 %)
     
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,96 (-1,15 %)
     
  • EUR/USD

    0,9760
    -0,0035 (-0,36 %)
     
  • Gold future

    1 717,40
    -3,40 (-0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    20 472,98
    -380,85 (-1,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    455,23
    -7,90 (-1,70 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,84
    +1,39 (+1,57 %)
     
  • DAX

    12 477,35
    +6,57 (+0,05 %)
     
  • FTSE 100

    7 013,79
    +16,52 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     
  • Nikkei 225

    27 116,11
    -195,19 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    17 740,05
    -272,10 (-1,51 %)
     
  • GBP/USD

    1,1150
    -0,0018 (-0,17 %)
     

La Cour des comptes n'estime "plus pertinent" de confier l'opération Sentinelle aux militaires

Gouvernement.fr

La Cour des comptes a estimé lundi qu'il n'était "plus pertinent" de confier à l'armée l'opération anti-terroriste "Sentinelle", mise en place en 2015, recommandant un "transfert progressif aux forces de sécurité intérieures". Les magistrats de la cour relèvent dans un rapport dédié que la menace terroriste en France a changé de nature. Liée, à la création de l'opération, à "la projection d’attaques depuis le Levant", cette menace est "devenue endogène", venant d'individus isolés qui ne sont "pas nécessairement affiliés à une organisation terroriste".

Les militaires, "qui ne disposent ni du renseignement intérieur, ni de pouvoirs de police, ni des armements appropriés en zone urbaine, peuvent ne pas paraître les mieux placés", estime la cour. Le dispositif Sentinelle, déployé au lendemain des attentats de janvier 2015 pour protéger les "points sensibles" du territoire, avait atteint les 7.000 hommes entre 2015 et 2017. Les effectifs sont montés à 10.000 par deux fois, avant de redescendre à 3.000 soldats.

La cour relève qu'il "ne devrait être recouru aux armées que lorsque les moyens de l’autorité civile sont estimés indisponibles, inadaptés, inexistants ou insuffisants". Or, "le recours aux armées n’a pas été un choix par défaut, mais un choix délibéré (...). Il ne s’agissait pas de renforcer des forces de sécurité défaillantes, mais de montrer qu’à des attaques aussi agressives, la France répondait avec ses soldats". Le coût complet de l'opération est évalué par le rapport à (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Fin de vie : un nouveau "cadre légal" d'ici la fin 2023 ? Emmanuel Macron lance une consultation citoyenne
Un proche d'Emmanuel Macron pourrait bientôt être nommé commissaire aux Participations de l’État
Scandale à la FFF : Noël Le Graët invité "à un moment d'échange" avec la ministre des Sports
Julien Denormandie : la HATVP émet des réserves sur la reconversion de l'ancien ministre
Arménie-Azerbaïdjan : une nouvelle guerre aux portes de l'Europe