Marchés français ouverture 2 h 42 min
  • Dow Jones

    33 947,10
    -482,78 (-1,40 %)
     
  • Nasdaq

    11 239,94
    -221,56 (-1,93 %)
     
  • Nikkei 225

    27 907,40
    +87,00 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0493
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 296,68
    -221,61 (-1,14 %)
     
  • BTC-EUR

    16 211,56
    -445,87 (-2,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,78
    -9,44 (-2,30 %)
     
  • S&P 500

    3 998,84
    -72,86 (-1,79 %)
     

Le couple franco-allemand veut relancer une "union des capitaux"

BENOIT TESSIER

Au moment où la santé du couple franco-allemand inquiète, l'Allemagne et la France appellent de concert à créer sans plus tarder une véritable "union des capitaux". François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et Joachim Nagel, président de la Bundesbank, relancent dans une tribune commune ce projet européen, serpent de mer depuis 2014

"L'Europe est au coeur de la crise: celle de la guerre russe en Ukraine, de l'énergie, de l'inflation", écrivent François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et Joachim Nagel, président de la Bundesbank dans cette tribune publiée sur les sites internet des Echos et du Handelsblatt. "Notre unité en devient plus difficile, mais encore plus indispensable. Et ce qui vaut pour toute l'Europe vaut d'abord et surtout pour le couple franco-allemand : nous diviser, ce serait nous condamner", estiment-ils alors que les relations entre Paris et Berlin se sont tendues ces dernières semaines.

Depuis un an, les sujets de discorde entre le chancelier allemand Olaf Scholz et le président de la République français Emmanuel Macron se sont succédés: la coopération militaire commune patine, l'Allemagne se refuse à plafonner le prix du gaz, comme le voudrait la France, elle n'a pas informé la France qu'elle concoctait un plan d'aide massif à ses citoyens et ses entreprises. Last but no least, le chancelier s'est rendu à Pékin début novembre, un voyage très controversé destiné à relancer les relations commerciales avec la Chine.

François Villeroy de Galhau et Joachim Nagel ont mis de côté ces dissensions et prôné une nouvelle unité. "Le temps est venu d'une véritable union des marchés de capitaux", ont plaidé . "Les événements tels que le Brexit, la pandémie ou, plus récemment, la guerre menée par la Russie en Ukraine ont hélas retardé les efforts déployés dans ce domaine", soulignent-ils. "Nous devons au contraire, plus que jamais, accélérer la transition énergétique et nous avons par conséquent besoin des ressources financières fournies par une UMC verte", selon eux. "L'UMC peut constituer un atout dans une stratégie conjointe européenne visant à concurrencer les autres régions du monde", ajoutent-ils, estimant que "pour stimuler la croissance, tout en assurant les transformations verte et numérique, nous devons renforcer notre attractivité pour les investisseurs tan[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi