Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 900,59
    -169,00 (-0,43 %)
     
  • Nasdaq

    17 009,36
    +88,56 (+0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    38 855,37
    -44,65 (-0,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0879
    +0,0019 (+0,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 821,16
    -6,19 (-0,03 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 736,36
    -2 011,46 (-3,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 481,20
    -15,26 (-1,02 %)
     
  • S&P 500

    5 308,10
    +3,38 (+0,06 %)
     

Coupe du monde de rugby : des places revendues 1.000 euros, une enquête ouverte

Pixabay

Une enquête a été ouverte fin août sur des soupçons de revente illicite de billets pour la Coupe du monde de rugby 2023, dont le match d'ouverture a lieu ce soir en Seine-Saint-Denis, a indiqué vendredi 8 septembre le parquet de Paris, sollicité par l'AFP. La brigade de la répression de la délinquance économique (BRDE) a été saisie, a précisé le ministère public.

Ces investigations font suite à une plainte déposée le 17 août à Paris par le comité d'organisation de la Coupe du monde de rugby 2023, qui accuse un individu d'avoir "mis en place un système structuré" de revente illicite de billets, d'après la plainte consultée par l'AFP. Le groupement d'intérêt public (GIP) France 2023 commercialise l'ensemble des billets donnant accès aux 48 matchs du Mondial, qui débute vendredi soir et se tient jusqu'au 28 octobre.

Mais le 20 juillet dernier, le service billetterie du GIP a remarqué qu'une personne procédait à l'achat de 150 places "avec différentes cartes bleues", relate la plainte. Le GIP l'accuse d'avoir ensuite "mis en place un système structuré" (via notamment un tableau récapitulatif des dates, prix à l'unité, paiement par virement ou PayPal..) afin de revendre les billets avec une marge conséquente : une place à 170 euros est ainsi proposée à la revente pour "1.000 euros".

Dans un jugement au civil rendu le 6 juillet dans une autre affaire de revente de places pour le Mondial 2023, le tribunal de Paris avait rappelé que le monopole du GIP visait "la protection contre le renchérissement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite