Publicité
La bourse ferme dans 2 h 12 min
  • CAC 40

    7 219,49
    -46,00 (-0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 333,50
    -20,91 (-0,48 %)
     
  • Dow Jones

    35 333,47
    -56,68 (-0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0971
    +0,0012 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    2 021,90
    +9,50 (+0,47 %)
     
  • Bitcoin EUR

    34 079,05
    +510,53 (+1,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    774,00
    -2,34 (-0,30 %)
     
  • Pétrole WTI

    75,58
    +0,72 (+0,96 %)
     
  • DAX

    15 944,31
    -22,06 (-0,14 %)
     
  • FTSE 100

    7 434,70
    -26,00 (-0,35 %)
     
  • Nasdaq

    14 241,02
    -9,83 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    4 550,43
    -8,91 (-0,20 %)
     
  • Nikkei 225

    33 408,39
    -39,28 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    17 354,14
    -170,92 (-0,98 %)
     
  • GBP/USD

    1,2640
    +0,0008 (+0,07 %)
     

Coupe du monde de rugby: la Nouvelle-Zélande a demandé des explications sur l'arbitrage de la finale contre l'Afrique du Sud

Champions du monde pour la quatrième fois, les Springboks ont écrit l'histoire du rugby et pourront s'en vanter pour au moins huit ans. Mais la finale de la Coupe du monde remportée samedi face à la Nouvelle-Zélande (12-11) au Stade de France, si elle ne restera pas forcément dans les mémoires pour le spectacle, a fait parler pour l'abitrage de Wayne Barnes et des assistants. Si les All Blacks ont d'abord fait de beaux joueurs en refusant de trop critiquer l'arbitre anglais, leur fédération a demandé des explications à World Rugby Une nouvelle confirmée par Ian Foster après le retour au pays.

"Nous en avons envoyé un certain nombre d'éléments, nous avons déjà envoyé un fichier à World Rugby pour qu'ils puissent faire quelques commentaires", a expliqué ce jeudi le sélectionneur des dans des propos repris par l'agence Reuters. "J'espère qu'ils en feront."

Des décisions qui ont profité aux Boks

Après avoir confirmé cette démarche, Ian Foster s'est toutefois refusé à préciser quelles décisions arbitrales se trouvaient dans le viseur des All Blacks. Le technicien s'est contenté d'un "oh je pense que vous pouvez deviner".

Lors de cette finale remportée de justesse et au bout du suspense par l'Afrique du Sud, pluisieurs décisions prises par le néo-retraité Wayne Barnes ont fait réagir. Notamment une différence dans le traitement pour des situations similaires.

Le capitaine néo-zélandais, Sam Cane, a ainsi logiquement écopé d'un carton jaune, transformé en rouge par le 'bunker' vidéo, après un contact direct de l'épaule à la tête d'un adversaire sur un plaquage haut en fin de première période.

Averti pour un geste semblable au retour des vestiaires, le Sud-Africain Siya Kolisi a bénéficié de plus de clémence et a pu finir la finale...puis soulever le trophée Webb Ellis pour la deuxième fois consécutive. Un succès, comme la demie contre l'Angleterre et surtout comme le quart contre l'équipe de France, va laisser un goût amer à cause de l'arbitrage.

Article original publié sur RMC Sport