Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 181,98
    +2 604,75 (+4,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 376,56
    +45,66 (+3,43 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2910
    -0,0037 (-0,29 %)
     

Coupe du monde de rugby : Après Jean Dujardin, Éric Massot, le coq de la cérémonie d'ouverture, répond aux critiques

TF1

Une cérémonie qui fait beaucoup parler. Le 8 septembre dernier a débuté au Stade de France la Coupe du monde de rugby. Afin de lancer l'événement, un spectacle d'une trentaine de minutes avec pour personnage principal Jean-Miche, un boulanger de l’après-guerre interprété par Jean Dujardin, était proposé aux téléspectateurs du monde entier. Le spectacle n'a pas fait l'unanimité et a suscité de vives réactions dans la presse et sur les réseaux sociaux, où certains reprochaient le parti pris et les nombreux clichés de la cérémonie. Face à cette tempête médiatique, Jean Dujardin a tenu à prendre la parole jeudi dernier sur son compte Instagram : "Je tombe à la renverse. Je n'aurais jamais pensé que ma participation à la cérémonie d'ouverture de la Coupe du Monde de Rugby déclencherait un tel déferlement de commentaires, politiques et médiatiques ... On l'a voulue belle, on l'a voulue festive, on s'est amusé à l'imaginer, on s’est investi tous ensemble, bénévoles, artisans, artistes, heureux de la préparer en pensant au plaisir de tous. On a voulu célébrer notre pays, notre savoir-faire et l'histoire du rugby. Nous sommes effectivement aussi le pays du béret, de la gastronomie, de la culture, de l’éducation, n’en déplaise à certains… Le second degré que j’ai toujours aimé manier n’a pas été compris et je le regrette. Nous aurions dû certainement nous rappeler que notre pays est largement critiqué pour son esprit polémique et 'ronchon'." L'acteur a également pointé du doigt les nombreuses récupérations politiques ayant suivi le show : "Dommage que nous n’ayons pu y échapper alors qu’il y avait une telle bonne volonté. Cette cérémonie n'aurait jamais dû nous opposer mais nous rassembler. Je suis un artiste, je ne serai le porte-drapeau d'aucun parti. Je vais vous laisser régler vos affaires entre vous. Je voulais que ce soit une cérémonie d'ouverture d'esprit, de partage et de joie. Je garde cette belle émotion au chaud."

À lire également

"Impa...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi