Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 239,98
    +253,58 (+0,67 %)
     
  • Nasdaq

    15 451,31
    +169,30 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    37 438,61
    +370,26 (+1,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0655
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    16 511,69
    +287,55 (+1,77 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 651,95
    +2 021,02 (+3,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 401,69
    -4,31 (-0,31 %)
     
  • S&P 500

    5 010,60
    +43,37 (+0,87 %)
     

Coupe du monde de rugby 2023 : le XV de France s’impose 27-12 face à l’Uruguay

Coupe du monde de rugby 2023 : le XV de France passe haut la main face à l’Uruguay  (Photo de Sekou Macalou le 14 septembre 2023 face à l’Uruguay)
FRANCK FIFE / AFP

COUPE DU MONDE DE RUGBY - Nouvelle victoire, on continue. Après les All Blacks, le XV de France, largement remanié, est passé à la deuxième étape de son Mondial, ce jeudi 14 septembre à Lille face à l’Uruguay, adversaire incomparablement plus modeste.

Sur le papier, les Bleus, parmi les grands favoris de la compétition, n’avaient pas grand-chose à craindre des Uruguayens : en cinq participations à une Coupe du monde, la 17e nation mondiale n’a remporté que trois matches. Et cela s’est plus ou moins confirmé puisque les Bleus se sont imposés 27-12... Mais de façon assez laborieuse, face à une équipe plus combative que prévu.

Alors que la Marseillaise s’est passée bien plus calmement que la semaine dernière, sans sifflets, la rencontre a été précédée d’une minute de silence en hommage aux milliers de victimes du séisme au Maroc et des inondations en Libye.

Comme contre les Néo-Zélandais la semaine dernière, les Français ont été cueillis à froid par un essai uruguayen dès la 6e minute et se sont montrés très indisciplinés et brouillons avant de se détacher en fin de match. Le jeu a d’ailleurs été plutôt haché à cause des fautes, surtout en mêlée, coté bleu comme coté Uruguay.

PUBLICITÉ

Il a fallu une grossière erreur des modestes « Teros » uruguayens, 17es au classement mondial, pour que les Bleus, approximatifs, se donnent de l’air avec un deuxième essai (20-12, 55e), inscrit par l’entrant Peato Mauvaka, après le premier du N.10 Antoine Hastoy (10-5, 11e).

L’essai tardif de l’ailier Louis Bielle-Biarrey (27-12, 73e), devenu le plus jeune joueur français à disputer une Coupe du monde, a fini de tuer le suspense en même temps que de gonfler le score.

Mais les Français auraient-ils signé un deuxième succès dans leur groupe A si dans ses 22 mètres, l’ouvreur uruguayen Felipe Etcheverry n’avait pas envoyé le ballon rebondir sur un coéquipier, permettant au talonneur français d’aplatir ?

Auparavant, les habituels finisseurs et joueurs de complément de Fabien Galthié ont été ballottés, devant plusieurs fois leur salut à des décisions arbitrales. Comme face aux Néo-Zélandais, les Bleus ont encaissé un essai précoce (6e).

Et le match aurait pu franchement mal tourner si le carton jaune reçu par le deuxième ligne Romain Taofifenua (27e) avait tourné au rouge pour son plaquage haut sur le demi de mêlée des Teros et joueur de Castres, Santiago Arata. Ou si le deuxième essai uruguayen n’avait pas été annulé pour d’obstruction d’un adversaire sans ballon (34e).

Sans Antoine Dupont, au repos comme les principaux cadres (Matthieu Jalibert, Gaël Fickou Grégory Alldritt), les remplaçants n’ont pas brillé. Et pour son retour de blessure, six mois après sa rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche, le troisième ligne Anthony Jelonch a signé 50 minutes discrètes (3 plaquages) pour les standards de cet homme de base du Grand Chelem 2022.

Quant au deuxième ligne Bastien Chalureau, à la sélection polémique après sa condamnation en première instance pour des violences à caractère raciste, il est entré à la 50e minute à la place de Taofifenua.

Les Bleus, diminués par plusieurs blessures de joueurs cadres ces dernières semaines, affichent moins de profondeur qu’espéré. Mais il reste un mois d’ici le quart de finale explosif qui se profile mi-octobre, sans doute face à l’Irlande, première nation mondiale, ou l’Afrique du Sud, couronnée il y a quatre ans.

D’ici-là, leur prochain match contre la Namibie dans une semaine à Marseille, ou le suivant le 6 octobre contre l’Italie à Lyon seront l’occasion de revoir le centre Jonathan Danty, le talonneur Julien Marchand et le pilier gauche Cyril Baille, blessés musculairement.

Car la qualification pour la phase finale fait très peu de doute pour la bande d’Antoine Dupont, au repos jeudi, il lui suffit de se classer parmi les deux premiers de son groupe.

À voir également sur Le HuffPost :

Coupe du monde de rugby : une campagne de prévention sur l’alcool abandonnée par le gouvernement

Coupe du monde de rugby : pourquoi la chanson de Joe Dassin « Dans les yeux d’Émilie » fait le buzz