La bourse ferme dans 1 h 25 min
  • CAC 40

    6 717,54
    +48,57 (+0,73 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 959,08
    +24,64 (+0,63 %)
     
  • Dow Jones

    33 720,73
    -131,80 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0378
    +0,0043 (+0,42 %)
     
  • Gold future

    1 770,10
    +6,40 (+0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    16 227,73
    +320,50 (+2,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    399,90
    -0,79 (-0,20 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,73
    +2,53 (+3,24 %)
     
  • DAX

    14 379,74
    +24,29 (+0,17 %)
     
  • FTSE 100

    7 582,13
    +70,13 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    11 013,16
    +29,38 (+0,27 %)
     
  • S&P 500

    3 951,97
    -5,66 (-0,14 %)
     
  • Nikkei 225

    27 968,99
    -58,85 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    18 597,23
    +392,55 (+2,16 %)
     
  • GBP/USD

    1,1983
    +0,0033 (+0,28 %)
     

Coupe du monde : Les bières « Budweiser », interdites, seront distribuées aux supporters du pays vainqueur

bière
Capture Twitter @Budweiser bière

FOOTBALL - La récompense sera double pour la future nation victorieuse de la Coupe du monde. Celle-ci repartira en effet avec le trophée de l’une des plus prestigieuse compétitions sportives au monde, mais pas que : les bières de la marque Budweiser, sponsor de ce Mondial au Qatar, qui ont été interdites à la vente à la dernière minute autour des stades, seront distribuées à ses supporters.

« Nous organiserons la célébration ultime pour le pays vainqueur. Parce que, pour les fans gagnants, ils ont conquis le monde », a déclaré Anheuser-Busch InBev, la maison mère de la marque américaine, dans un communiqué transmis à la chaîne CNN mercredi 23 novembre.

Celui-ci fait suite à un tweet publié plus tôt dans la semaine et montrant le stock gigantesque des boissons houblonnées dans un entrepôt. « Nouvelle journée, nouveau tweet. Le pays vainqueur gagne les Buds. Qui les aura ?, avait écrit Budweiser. Nous vous donnerons plus de détails à l’approche des phases finales », a-t-elle cette fois promis dans le communiqué.

Le timing de l’annonce de la FIFA (Fédération internationale de football) d’interdire la vente d’alcool autour des huit stades qataris, pour s’aligner sur les restrictions imposées par les autorités du Qatar, émirat musulman conservateur, avait grandement fait grincer des dents.

« Je pense qu’on peut survivre sans bière pendant trois heures »

« Certains supporters aiment avoir une bière pendant un match, d’autres pas. Mais la vraie question, c’est que ce changement de dernière minute illustre un problème plus vaste : l’absence totale de communication et de transparence de la part du comité d’organisation envers les supporters », avait notamment déploré l’Association des supporters de football britannique (FSA) dans les colonnes du New York Times.

« Je pense personnellement qu’on peut survivre sans bière pendant trois heures. Que ce soit en France, en Espagne, en Écosse », avait rétorqué dans la foulée Gianni Infantino, président de l’instance majeure du football mondial, en réponse à cette grogne.

Anheuser-Busch InBev, partenaire de la compétition depuis 1986 qui avait déboursé près de 72 millions d’euros cette année d’après The Guardian, a de son côté regretté une décision prise « hors de son contrôle ». À en croire le quotidien britannique The Sun, le groupe prévoit d’ailleurs de réclamer une remise de 48,2 millions de dollars sur son accord pour la Coupe du monde 2026 organisée aux États-Unis, au Mexique et au Canada.

Au Qatar, l’alcool reste malgré tout autorisé à la vente dans un temps limité dans certaines fan zones, dont celle de la FIFA, ainsi que dans les espaces VIP des stades proposant des forfaits spéciaux. Les prix peuvent toutefois être assez dissuasifs (14 euros la pinte relaye BFMTV). Dernière alternative pour les supporters ? Les bières sans alcool, qui sont elles disponibles partout.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi