La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 861,40
    -116,68 (-0,34 %)
     
  • Nasdaq

    11 447,19
    -174,52 (-1,50 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0858
    -0,0017 (-0,15 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • BTC-EUR

    21 319,22
    -660,86 (-3,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    523,43
    -14,44 (-2,68 %)
     
  • S&P 500

    4 033,96
    -36,60 (-0,90 %)
     

Coupe du monde 2022 : procédure disciplinaire contre la Croatie pour xénophobie

© AFP

La Fifa a ouvert une procédure disciplinaire contre la Fédération croate de football (HNS). Cette décision de la Fifa fait suite au "comportement discriminatoire et xénophobe de certains supporters croates pendant le match avec le Canada et en raison de banderoles au même contenu", a indiqué la fédération dans un communiqué.

Dimanche, la Croatie a éliminé le Canada du Mondial après sa victoire 4 à 1. Durant la rencontre à Doha, des supporters croates ont crié des insultes à l'adresse de Milan Borjan, un Serbe né en Croatie qui, enfant, a fui le pays pendant le conflit 1991-95 et brandissaient des banderoles au contenu semblable à son adresse.

>> LIRE AUSSICoupe du monde 2022 : le Sénégal se hisse en huitièmes pour la deuxième fois de son histoire

Référence à 1995

L'une d'entre elles se référait à une opération militaire des forces croates en 1995 qui a mis fin à la guerre en Croatie et a entraîné la fuite de plus de 200.000 Serbes du pays. La famille de Borjan était parmi eux. "Knin 95 - rien ne court comme Borjan" lisait-on sur l'une d'entre elles. Le texte était écrit sur un drapeau du producteur de tracteur américain John Deere.

Le texte mentionne la ville de Knin qui était le bastion des rebelles serbes en Croatie, où Borjan est né, et faisait allusion à l'exode de la population serbe. Beaucoup ont fui à bord de tracteurs. Borjan, dont la famille est partie au Canada, n'a jamais caché ses origines serbes et est engagé depuis plusieurs années au sein du club se...


Lire la suite sur Europe1