La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 868,37
    -109,71 (-0,32 %)
     
  • Nasdaq

    11 452,39
    -169,32 (-1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0857
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • BTC-EUR

    21 327,36
    -650,70 (-2,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    523,63
    -14,24 (-2,65 %)
     
  • S&P 500

    4 035,47
    -35,09 (-0,86 %)
     

Coupe du Monde 2022 – Philippe Labro : « Ce Mondial suscite de l’engouement »

La victoire de l'équipe de France contre le Danemark samedi (2-1) a été suivie par près de 11,6 millions de téléspectateurs.  - Credit:VALENTINE CHAPUIS / AFP
La victoire de l'équipe de France contre le Danemark samedi (2-1) a été suivie par près de 11,6 millions de téléspectateurs. - Credit:VALENTINE CHAPUIS / AFP

L'engouement est au rendez-vous ! Dans l'actualité morose que traverse la France : « grèves, manifestations, restrictions, Covid-19, 49.3 et évidemment, la guerre en Ukraine et les problèmes d'électricité, cette Coupe du monde permet de nous échapper, de nous évader », débute Philippe Labro. Il est vrai qu'en dépit des vives critiques et des appels au boycott, une hausse générale des audiences du Mondial est constatée partout à travers le globe. En France, où les Bleus ont rassemblé entre 11 et 13 millions de téléspectateurs pour leurs deux premiers matchs, l'effet boycott ne s'est jamais fait ressentir.

À LIRE AUSSICoupe du monde 2022 : un carton d'audience pour France-Danemark

« Cette Coupe du monde a fabriqué de l'intérêt », poursuit le journaliste. « Elle est pleine de surprises, il y a des renversements de situation, du suspense. Et les gens ont envie de ça. » Reste désormais à savoir si cet engouement va perdurer dans l'Hexagone après le huitième de finale opposant la France à la Pologne dimanche. Résistera-t-il à une éventuelle déconvenue tricolore ? « En France, le premier jour est pour l'engouement, le second pour la critique et le troisième pour l'indifférence », conclut Philippe Labro, reprenant les mots de Jean-François de La Harpe.