La bourse ferme dans 4 h 55 min
  • CAC 40

    7 033,23
    -48,78 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 128,82
    -29,81 (-0,72 %)
     
  • Dow Jones

    33 717,09
    -260,99 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0828
    -0,0028 (-0,26 %)
     
  • Gold future

    1 919,60
    -19,60 (-1,01 %)
     
  • BTC-EUR

    21 119,82
    -521,31 (-2,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    518,35
    -19,53 (-3,63 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,71
    -1,19 (-1,53 %)
     
  • DAX

    15 009,82
    -116,26 (-0,77 %)
     
  • FTSE 100

    7 715,51
    -69,36 (-0,89 %)
     
  • Nasdaq

    11 393,81
    -227,90 (-1,96 %)
     
  • S&P 500

    4 017,77
    -52,79 (-1,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2312
    -0,0042 (-0,34 %)
     

Coupe du monde 2022 : Hakimi, le gamin né en Espagne qui a offert la victoire au Maroc

© AFP

Sans états d'âme : né et élevé en banlieue de Madrid, le latéral Achraf Hakimi a réussi mardi son tir au but décisif pour hisser le Maroc pour la première fois en quarts de finale de la Coupe du monde , et sortir l'Espagne , son pays d'adoption.

Cela fait près de trois heures que le coup d'envoi du derby électrique a été donné, quand Achraf Hakimi expire une dernière fois, s'élance, et loge le ballon à gauche d'Unai Simon d'une subtile panenka, faisant exploser le Stade Education City tout acquis au Maroc. Un tir au but entré immédiatement dans l'histoire du football marocain.

"On mérite d'écrire cette page d'histoire", avait prévu le latéral du Paris Saint-Germain en conférence de presse, jeudi, après la victoire 2-1 face au Canada et la qualification pour les huitièmes. "Réussir quelque chose de grand avec votre pays, c'est mieux qu'avec votre club. Jeune, j'ai vu la dernière génération qui avait disputé la Coupe du monde, et j'ai rêvé de devenir comme eux", avait-il glissé.

 

>> LIRE AUSSICoupe du monde 2022 : le Maroc crée la sensation et élimine l'Espagne en huitièmes de finale

 

Deuxième pays

En deuxième période, avant de remettre un ballon en jeu après une touche, on l'a vu sourire aux petits mots de Luis Enrique, le sélectionneur espagnol, venu lui donner une tape amicale. Mais ne vous fiez pas à ce sourire ravageur. Ce tir au but, c'est un coup de poignard dans le dos de son "deuxième pays".

"L'Espagne, c'est son deuxième pays, sa maison. C'est la première mai...


Lire la suite sur Europe1