Marchés français ouverture 6 h 48 min
  • Dow Jones

    29 591,27
    +327,79 (+1,12 %)
     
  • Nasdaq

    11 880,63
    +25,66 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    26 174,01
    +646,64 (+2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1851
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    26 486,20
    +34,66 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    15 535,76
    +116,95 (+0,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    368,01
    +6,58 (+1,82 %)
     
  • S&P 500

    3 577,59
    +20,05 (+0,56 %)
     

Coup de grâce pour le foie gras si les restaurants restent fermés pour Noël ?

·2 min de lecture

Alors que le scénario d'une fermeture des restaurants pendant les fêtes de fin d'années est sur la table, le lobby du foie gras tire la sonnette d'alarme. Le maintien de la fermeture des restaurants pendant les fêtes serait "une catastrophe" pour les producteurs de foie gras, a ainsi indiqué à l'AFP Marie-Pierre Pé, directrice du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (CIFOG). Interrogé sur une fermeture des restaurants jusqu'en février pour endiguer l'épidémie de coronavirus, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a botté en touche mardi matin : "c'est au ministre de la Santé et au Premier ministre de le dire."

"On espère pouvoir rouvrir tout le plus vite possible, mais vous voyez comme moi la situation épidémique qui perdure dans le pays", a ajouté M. Denormandie sur l'antenne de la radio RMC, estimant que "pendant cette période là, notre rôle, c'est d'accompagner toutes celles et ceux qui sont dans la détresse". "C'est une catastrophe, si c'est ça", a réagi auprès de l'AFP Mme Pé. Interrogé également mardi matin sur RMC/BFMTV sur une réouverture des bars et restaurants avant début janvier, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a expliqué ne pas pouvoir "répondre de façon formelle à cette question, je peux vous dire qu'ils ne rouvriront pas début décembre, ça c'est un fait"

>> A lire aussi - Pour la répression des fraudes, il y a trop d'eau dans le foie gras vendu

Pour Mme Pé, la survenue en Corse d'un premier cas d'influenza aviaire est en comparaison un "non-événement". "Pour nous, l'influenza aviaire, c'est presque un non-événement, tellement on est beaucoup plus mobilisés pour être auprès des consommateurs pour réussir ces fêtes de fin d'année, pour nous, la tracasserie elle est plus là", a-t-elle ajouté.

>> Inscrivez-vous à notre newsletter Entreprises et Marchés

"Bon an mal an, c'est plus de 50% (des ventes) qui dépendent de la restauration", a indiqué Mme Pé, dont "40% pour le marché français" qui représente plus que jamais l'essentiel (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Redressement fiscal géant pour Airbnb
Employés d’un entrepôt Amazon, ils volent pour 500.000 euros d’iPhone 12
Spotify : les secrets du viking européen du streaming
Vacances de Noël : la SNCF attend le feu vert de l’Etat pour préparer ses TGV
Easyjet accuse une perte colossale, incertitudes sur le Brexit