Marchés français ouverture 5 h 46 min
  • Dow Jones

    29 260,81
    -329,60 (-1,11 %)
     
  • Nasdaq

    10 802,92
    -65,00 (-0,60 %)
     
  • Nikkei 225

    26 595,84
    +164,29 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9640
    +0,0029 (+0,30 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    20 148,01
    +482,88 (+2,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    446,21
    +13,11 (+3,03 %)
     
  • S&P 500

    3 655,04
    -38,19 (-1,03 %)
     

Coup de frein brutal en vue pour l'économie française

ERIC GAILLARD

La croissance du PIB ne dépassera pas les 2,6 % en 2022, selon l’Insee, qui a revu sa copie dans un contexte de fortes contraintes sur la production, liées à la hausse fulgurante des coûts de l'énergie. L’inflation devrait d'ailleurs atteindre 6,6 % et se diffuse dans tous les domaines de l’économie, notamment l’alimentation.

Dans ses dernières prévisions publiées dans sa , l'Insee révise à la baisse ses prévisions: cette année, la croissance devrait s’établir à 2,6 %. Après 0,5% au deuxième trimestre, le troisième s'annonce poussif (+ 0,2 % de croissance au lieu des + 0,3 % prévus avant l’été) et le quatrième carrément atone (0 %, au lieu de + 0,3 %). L'Insee n'exclut même pas une contraction de l'activité au dernier trimestre "en cas d'accroissement des difficultés d'approvisionnement énergétique en Europe", alors que face aux sanctions occidentales liées au conflit en Ukraine. Le coup de frein est violent après le rebond de 6,8 % de l'an dernier... et l'impulsion modeste pour démarrer 2023: l’acquis de croissance s'est réduit à + 0,2 %, ce qui laisse augurer d'une annus horribilis l'an prochain. Pour autant, la croissance attendue pour 2022 reste légèrement supérieure à la prévision de 2,5% sur laquelle le gouvernement a bâti son budget dans le dernier projet de loi de finances rectificative présenté en juillet.

Avanies de la chaine de production

En cette rentrée 2022, ce sont essentiellement les tensions sur la production – problèmes d’approvisionnement, pénuries, manque de main-d’œuvre – qui pèsent sur l’activité et entretiennent l’inflation. La hausse des prix atteindrait 6,6 % fin décembre, selon l’Insee. Et encore, elle serait bien plus élevés sans le bouclier tarifaire qui la minore de 2,5 points. En moyenne sur l’année, les prix auront augmenté de 5,3 % en 2022, contre 1,6 % en 2021. Plusieurs industries ont annoncé des interruptions d'activité liées à la hausse des tarifs de l'énergie, comme pendant au moins quatre mois à partir de novembre et placer l'ensemble de ses salariés en chômage partiel.

Surtout, cette inflation sur les coûts de l’énergie en début commence à se répercuter , notamment les denrées alimentaires. La hausse des prix dans les rayons des supermarchés pourrait frôler les 12 %, annonce l’Insee. Le poste alimentation est désormais le premier responsable de l[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi