Publicité
Marchés français ouverture 8 h 31 min
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,10 (+0,62 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0891
    +0,0021 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,08 (+2,59 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 014,11
    +2 445,84 (+4,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 271,76
    +73,19 (+6,10 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     

Coup d'État au Niger: des milliers de manifestants demandent le départ des soldats français

AFP

Des milliers de manifestants se sont rassemblés vendredi près d'une base militaire abritant des forces françaises située dans la capitale nigérienne Niamey, pour exiger le départ des militaires français, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Ce "sit-in" organisé à l'appel du Mouvement M62, une coalition d'organisations de la société civile hostile à la présence militaire française au Niger, a été précédé par de nombreux rassemblements aux revendications similaires depuis le coup d'État du 26 juillet, et doit durer jusqu'à dimanche.

"La France doit partir et elle partira, car elle n'est pas chez elle au Niger", a déclaré Falma Taya, une responsable du Mouvement M62, haranguant la foule.

Fin des accords militaires

À l'ombre des murs des habitations riveraines de la base, les manifestants étaient assis sur des tapis et des nattes sous une forte chaleur.

PUBLICITÉ

"Nous sommes ici pour le temps qu'il faudra, jusqu'à ce que le dernier soldat français vide les lieux", a indiqué Ibrahim Abdou, membre d'un "Comité de soutien aux militaires", vêtu d'un t-shirt à l'effigie du général Abdourahamane Tiani, le nouvel homme fort du pays.

Le 3 août, les militaires qui ont pris le pouvoir par un coup d'État avaient dénoncé plusieurs accords militaires avec la France, qui compte 1500 soldats déployés dans la lutte antijihadiste au Niger.

Les accords contenaient tous différents préavis pour leur fin effective, dont l'un, relatif à un texte de 2012, était d'un mois, selon les militaires.

Plusieurs appels à des "sit-in" ont ainsi été lancés par des organisations de la société civile à partir de vendredi après-midi pour demander le départ des forces françaises.

Bras de fer

Le régime militaire nigérien est engagé dans un bras de fer diplomatique avec la France, ancienne puissance coloniale.

L'immunité et le visa diplomatiques de l'ambassadeur de France au Niger lui ont été retirés et les autorités ont notifié mardi à Paris leur intention de l'expulser.

Vendredi dernier, ils avaient dans un premier temps laissé 48h à Sylvain Itté pour quitter le territoire, un ultimatum rejeté par Paris qui argue que ce gouvernement est illégitime et n'a aucune autorité pour fonder une telle requête.

Article original publié sur BFMTV.com