Publicité
La bourse ferme dans 4 min
  • CAC 40

    7 630,01
    +58,44 (+0,77 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 912,69
    +32,27 (+0,66 %)
     
  • Dow Jones

    38 751,10
    -27,00 (-0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,0742
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • Gold future

    2 338,00
    +9,00 (+0,39 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 192,89
    -567,49 (-0,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 320,10
    -69,30 (-4,99 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,45
    +1,12 (+1,39 %)
     
  • DAX

    18 123,16
    +54,95 (+0,30 %)
     
  • FTSE 100

    8 193,23
    +51,08 (+0,63 %)
     
  • Nasdaq

    17 819,12
    -37,90 (-0,21 %)
     
  • S&P 500

    5 473,57
    +0,34 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    38 482,11
    +379,67 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    17 915,55
    -20,57 (-0,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,2691
    -0,0013 (-0,10 %)
     

Les coulisses de la nouvelle compagnie qui défie la SNCF dans l'Ouest !

Kévin Comte / Capital

La SNCF ne sera plus seule à l’ouest. D’après les informations des Échos, dévoilées le 5 juin 2024, le projet de «premier opérateur français indépendant de trains à grande vitesse» avance à grands pas. L’ancienne dirigeante de la SNCF Rachel Picard est à l’origine de Proxima, le nom de code du projet. La marque commerciale est gardée secrète, mais on sait d’ores et déjà que 12 nouveaux TGV Alstom permettront de rallier Angers, Nantes, Bordeaux et Rennes au départ de la gare Montparnasse, à Paris. C’est donc la première fois que la SNCF va devoir composer avec un concurrent français. Jusqu’ici, la Société nationale des chemins de fer n’avait eu qu’à faire avec des opérateurs étrangers, à savoir Trenitalia et la Renfe.

Pour le moment, aucune date officielle de lancement n’a été annoncée. Pour autant, interrogée par Les Échos, Rachel Picard a indiqué que les premières rames de tests seront fixée au début de l’année 2027. Il faudra alors attendre quelques mois avant la commercialisation des lignes. D’ici quatre ans, donc, 10 millions de places disponibles supplémentaires seront proposées chaque année sur les trois axes Paris-Bordeaux, Paris-Rennes et Paris-Nantes-Angers. Le projet est désormais passé dans une phase plus concrète.

Au cours des derniers mois, le projet a gagné en certitude. Et pour cause, Antin Infrastructure Partners s’est engagé financièrement. La société française d’investissement, soutenue par des banques, apporte le milliard d’euros nécessaire à l’achat des nouveaux (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bourse : Société générale, BNP Paribas, Thales, Engie… au programme de Momentum
WePost, le Blablacar de la livraison de colis... en train !
Intelligence artificielle : Nvidia, Microsoft et OpenAI dans le collimateur des Etats-Unis
Jusqu’à 50 000 euros de réductions d’impôt si vous misez sur le «Google de demain»…
Nouveau bol d'air pour l'enseigne de cosmétiques The Body Shop