Marchés français ouverture 2 h 9 min
  • Dow Jones

    33 730,89
    +53,62 (+0,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 857,84
    -138,26 (-0,99 %)
     
  • Nikkei 225

    29 656,14
    +35,15 (+0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1975
    -0,0009 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 623,90
    -276,93 (-0,96 %)
     
  • BTC-EUR

    52 771,34
    -895,43 (-1,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 377,81
    +2,03 (+0,15 %)
     
  • S&P 500

    4 124,66
    -16,93 (-0,41 %)
     

Couche-Tard et Carrefour: Paris dit "non", le canadien jetterait l'éponge

·2 min de lecture

Le gouvernement français a opposé vendredi un veto "clair et définitif" au rapprochement proposé par Couche-Tard au géant français Carrefour, forçant le groupe canadien à retirer son offre selon l'agence Bloomberg.

La décision de jeter l'éponge a été prise après une rencontre entre le ministre de l'Economie français Bruno Le Maire et le fondateur de Couche-Tard Alain Bouchard, selon l'agence qui cite des sources proches du dossier.

Pour tenter de rassurer Bercy, M. Bouchard avait pourtant promis plusieurs milliards d'investissements dans Carrefour et s'était engagé à maintenir l'emploi pendant deux ans et à coter le groupe en Bourse à Paris, en parallèle avec le Canada, précise l'agence.

Contactés par l'AFP, ni Couche-Tard ni Carrefour n'avaient confirmé l'information vendredi soir.

"Ma position, c'est un non courtois, mais clair et définitif": le ministre de l'Economie français Bruno Le Maire avait rapidement douché les espoirs des partisans du "rapprochement" envisagé par Couche-Tard et Carrefour, expliquant vendredi sur BFMTV et RMC qu'"on ne cède pas l'un des grands distributeurs français".

Une prise de position d'autant plus dissuasive que le gouvernement a le pouvoir de bloquer les opérations de rachat dans l'industrie agroalimentaire, via la réglementation sur le contrôle des investissements étrangers. "Je préfère ne pas avoir à l'employer", a ajouté M. Le Maire, en précisant néanmoins qu'il n'hésiterait pas "s'il le fallait".

Bruno Le Maire a eu vendredi l'occasion d'expliquer sa position à M. Bouchard, présent à Paris, ainsi qu'à son homologue québécois Pierre Fitzgibbon par téléphone, a indiqué Bercy à l'AFP.

Le précédent "yaourt"

Jeudi soir, Pierre Fitzgibbon avait expliqué à quelques journalistes que son gouvernement avait plaidé auprès des autorités françaises "que Couche-Tard pourrait être un bon propriétaire".

De son côté Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, avait refusé vendredi de commenter l'opération au motif que "des discussions étaient en[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi