La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 303,17
    -633,87 (-2,05 %)
     
  • Nasdaq

    13 270,60
    -355,47 (-2,61 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2111
    -0,0057 (-0,47 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 850,98
    -1 078,79 (-4,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    628,55
    -11,37 (-1,78 %)
     
  • S&P 500

    3 750,77
    -98,85 (-2,57 %)
     

La cote du yoga grimpe avec le Covid

·2 min de lecture

La pratique du sport évolue depuis le début de la pandémie et renouvelle les modèles économiques.

Voilà un effet secondaire surprenant du Covid. Selon l’Union Sport & Cycle, principale organisation du secteur qui réunit distributeurs, marques, et salles de sport, la pratique du yoga a progressé de 8 % en 2020 par rapport à 2019. Cela en fait l’une des activités les plus prisées avec plus de 3 millions d’adeptes, devant le football et le tennis. Inspiré, Emmanuel Carrère a bien fait d’intituler son dernier roman Yoga (éditions P.O.L).

A Paris, place de la République, le magasin Go Sport accueille le visiteur avec un rayon consacré à cette pratique. Inauguré le 7 décembre après trois mois de travaux, il est aussi équipé d’une piste de course afin de tester les chaussures, et d’un miroir digital pour réaliser des assouplissements. Car, comme le yoga, le fitness et la musculation font partie des activités dont la cote grimpe depuis le début de la pandémie.

Ces sportifs en chambre ouvrent de vastes perspectives à un secteur déjà en croissance. Selon le cabinet Xerfi, les activités marchandes liées au sport, comme les cours, pèsent 3,5 milliards d’euros. Avec les équipements et les salles, ce sont 14 milliards de plus. En 2017, 58 % des Français affirmaient pratiquer un sport contre 39 % en 1967, selon le cabinet Roland Berger. Les femmes et les seniors alimentent cette dynamique. Beaucoup sont en quête de bien-être personnel plutôt que de l’apprentissage d’une discipline. La mise en scène de soi sur les réseaux sociaux ainsi que l’émergence d’influenceurs participent à cette nouvelle approche.

Pour Roland Berger, ces mutations font converger les univers de l’équipement, du coaching et des lieux. De nouveaux modèles économiques apparaissent. « Nous développons un programme qui récompense par des euros la pratique de la marche, du vélo ou de la natation, mais aussi le football et le basket », explique ainsi Philippe Favre, le président de Go Sport. Et, depuis octobre, l’enseigne propose deux fois par semaine, via sa page Instagram, des cours en direct de circuit traini[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi