La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 757,39
    -92,07 (-0,27 %)
     
  • Nasdaq

    10 988,34
    -61,16 (-0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 027,84
    -134,99 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,0341
    -0,0003 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    18 204,68
    +906,74 (+5,24 %)
     
  • BTC-EUR

    15 847,49
    -8,61 (-0,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,67
    -2,06 (-0,53 %)
     
  • S&P 500

    3 949,28
    -14,66 (-0,37 %)
     

Corrosion, grand carénage, EPR2: les trois travaux d’Hercule d’EDF

Le géant français EDF doit mener de front les réparations des réacteurs touchés par la corrosion, le grand carénage des centrales, et la préparation de la construction des 6 nouveaux EPR2. Un cocktail explosif pour le nouveau PDG Luc Rémont, qui devrait être nommé aujourd'hui en conseil des ministres.

Une descente aux enfers. Alors que l’hiver approche et que la guerre en Ukraine met le système énergétique européen sous haute tension, la production nucléaire française reste plombée à un niveau historiquement bas. Au 8 novembre, 26 des 56 réacteurs d’EDF étaient encore à l’arrêt, pour maintenance programmée ou pour réparation de la corrosion identifiée fin 2021 sur certains réacteurs (voir carte). Résultat: la puissance nucléaire disponible, au 21 novembre, peinait à décoller au-delà de 31GW, pour une capacité totale de 61,4GW. Alors qu’il prévoyait une production nucléaire entre 300 et 330 TW/h en 2022, le géant français a réajusté à deux reprises sa prévision à la baisse. Il n’anticipe désormais que 275 à 285 TW/h produits sur l’année, un chiffre inférieur de 22% à la production de 2021. "La situation est à la fois alarmante et inédite, assure Nicolas Goldberg, spécialiste de l’énergie au cabinet Columbus Partners. En gros, il manque 120 TW/h de production par rapport à une année normale. C’est comme si la France avait retiré autant de capacité nucléaire que l’Allemagne! "

Comment expliquer cette déroute? Pour bien comprendre, un petit retour en arrière est nécessaire. Pour prolonger la vie de ses centrales nucléaires au-delà de 40 ans, EDF est engagé depuis 2014 dans un gigantesque chantier de rénovation, baptisé "grand carénage". Cette quatrième visite décennale (VD4, dans le dialecte de l’énergie), la première post-Fukushima, engendre des travaux énormes qui nécessitent 6 à 7 mois et un milliard d’euros d’investissement par réacteur: générateurs diesel d’ultime secours, diversification des sources froides reliées au circuit secondaire, installation de centres de crise locaux, remplacement de générateurs de vapeur… "Ce grand carénage nécessite cinq fois plus de travail que sur les visites précédentes", résume-t-on chez EDF. Résultat, de nombreux réacteurs à l’arrêt pour rénovation. "RTE, le gestionnaire du réseau, avait prévenu que la période 2022-2024 serait[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi