Marchés français ouverture 7 h 47 min
  • Dow Jones

    31 391,52
    -143,99 (-0,46 %)
     
  • Nasdaq

    13 358,79
    -230,04 (-1,69 %)
     
  • Nikkei 225

    29 408,17
    0,00 (0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,2089
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 095,86
    -356,71 (-1,21 %)
     
  • BTC-EUR

    39 971,39
    -1 082,57 (-2,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    957,46
    -29,19 (-2,96 %)
     
  • S&P 500

    3 870,29
    -31,53 (-0,81 %)
     

Coronavirus : le Royaume-Uni impose un nouveau tour de vis aux frontières

·2 min de lecture

Face à la diffusion des variants du coronavirus, le Royaume-Uni donne un nouveau tour de vis en fermant plus hermétiquement ses frontières.

Le Royaume-Uni a annoncé mardi 9 février un nouveau tour de vis à ses frontières, assorti de lourdes sanctions pour les contrevenants, craignant de plus en plus d'être exposé à des variants du coronavirus potentiellement résistants aux vaccins.

Déplorant près de 113.000 morts, le pire bilan d'Europe, le pays craint de compromettre la campagne de vaccination massive sur laquelle il table pour lever progressivement au printemps le strict confinement imposé à sa population. A partir de lundi 15 février, tous les voyageurs arrivant en Angleterre devront se soumettre à deux tests PCR, aux deuxième et huitième jours d'une quarantaine obligatoire de dix jours, a annoncé le ministre de la Santé, Matt Hancock, devant les députés. Tout test positif sera soumis à une analyse de génome pour identifier un éventuel variant, et remettra à zéro le compteur de la quarantaine, a-t-il ajouté, disant travailler avec les autres nations du Royaume-Uni pour une approche uniformisée. Cette mesure s'ajoute à l'obligation, pour tous les voyageurs, de présenter un test anti-Covid négatif réalisé dans les 72 heures avant leur départ.

2.000 euros la quarantaine

Les résidents britanniques ou les Irlandais arrivant de 33 pays jugés à haut risque, comme l'Afrique du Sud où circule un variant susceptible de résister en partie aux vaccins, seront consignés dans un hôtel et placés sous surveillance durant dix jours. Ils seront facturés 1.750 livres (près de 2.000 euros) pour l'ensemble du séjour et les tests. Les arrivées de ces pays, parmi lesquels figurent aussi le Portugal et de nombreux pays d'Amérique du Sud, sont déjà interdites aux personnes ne résidant pas au Royaume-Uni.

Une étude a récemment démontré une faible efficacité chez les jeunes adultes du vaccin développé par AstraZeneca et l'université d'Oxford contre les formes légères du Covid-19 dues au variant sud-africain. "Je ne m'excuserai pas pour la force de ces mesures, parce qu'en tant que nation, nous sommes confrontés à l'une des men[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi