La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    40 092,25
    -658,69 (-1,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Coronavirus : pourquoi des médecins vaccinent les moins de 55 ans à l’AstraZeneca

·2 min de lecture

Officiellement, l'injection du vaccin d'AstraZeneca contre le coronavirus n'est pas recommandée par les autorités sanitaires pour les moins de 55 ans. Pourtant, un certain nombre de praticiens choisissent de vacciner leurs patients, en raison de comorbidités. Un choix autorisé par la liberté de prescription, mais qui n'est pas sans conséquences potentielles sur le plan judiciaire.

Depuis le début de la campagne de vaccination contre le Covid-19 en France, très exactement 12.751.098 personnes avaient reçu au moins une injection lundi soir - soit 19% de la population totale et 24,3% de la population majeure. Parmi elles, 4.675.008 personnes ont reçu deux injections (soit 7% de la population totale et 8,9 % de la population majeure) et sont considérées comme pleinement vaccinées. Parmi ces millions de personnes, certaines ont reçu une injection en fin de journée, pour ne pas gaspiller les doses. Une poignée d'entre elles ont été vaccinées alors qu'elles n'étaient pas prioritaires.

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mardi 20 avril

Choix "cohérent", mais responsabilité engagée 

Il est en effet tout à fait possible pour les médecins de vacciner en dehors des tranches d'âge prioritaire. Cela peut sembler surprenant, mais c'est tout à fait légal et prévu par la Haute autorité de Santé. En vertu de sa "liberté de prescription", un médecin peut donc tout à fait proposer une dose d'AstraZeneca à une personne de moins de 55 ans. "Chaque médecin est libre de sa prescription, à condition qu'il puisse après l'expliquer et le justifier. Et si jamais ça se passe mal, on ne peut pas se couvrir par le parapluie en disant 'j'ai suivi les textes'", précise Bernard Bégaud, pharmacologue à l'Université de Bordeaux "C'est nous qui sommes en première ligne et qui pourrions être poursuivis. Notre responsabilité est engagée au pénal."

Ce choix ...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :