La bourse est fermée

Coronavirus : les obligations d’Etat américaines, une valeur refuge face à la crise

“Beaucoup de gens ont critiqué le monde obligataire : pourquoi aurait-on des obligations, ça ne rémunère plus bien ?” L’économiste Pierre Sabatier se souvient très bien d’une période pas si lointaine où les obligations étaient vouées aux gémonies. Et pourtant, c’est aux obligations que le fondateur du cabinet Primeview adresse son “Coup de coeur” dans le quatrième épisode du Grand rendez-vous de l’épargne. Car tandis que les Bourses mondiales ont décroché dans la foulée de la propagation de l’épidémie de coronavirus, il n’y a “pas de krach obligataire”, remarque-t-il. Selon notre expert, les obligations, notamment la dette souveraine américaine, profitent même d’une situation où l’aversion au risque augmente sur les marchés.

Cette tendance bénéficie à plein aux obligations d’Etat américaines, qui offraient en fin d’année 2019 un rendement de près de 2% sur l’obligation assimilable du Trésor (OAT) américain à 10 ans. Et ce n’est pas la baisse de ce taux à 1,3% à fin février qui change l’analyse de Pierre Sabatier. “Quand une obligation passe de 2% à 1,3% d’intérêt, cela veut dire que vous avez gagné beaucoup d’argent”, rappelle Pierre Sabatier. En effet, lorsque le taux de l’OAT baisse, le cours des obligations anciennement émises à un taux supérieur s’apprécie par rapport aux nouvelles obligations, moins rémunératrices. Autant dire que la diminution de ce taux, passé à 0,7% le mardi 10 mars, n’est certainement pas une mauvaise nouvelle pour les investisseurs. “De plus, le statut de valeur refuge du dollar joue”, ajoute-t-il.

>> A lire : Dette, coronavirus, pétrole… “danger sur les obligations d’entreprises aux Etats-Unis !”

Dans cette période de panique sur les Bourses mondiales, la dette américaine représente donc une réelle opportunité selon l’économiste. “C’est une rente quasi-certaine”, appuie-t-il, adossée à la force du dollar. “L’obligataire souverain ne sert pas à rien”, martèle-t-il, puisqu’il “sert à protéger le patrimoine tout en touchant une forme de rente”.

>>

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Epargne : comment placer ses premiers salaires ?
Bruxelles ok pour empêcher les vols à vide à cause du coronavirus
Essai Volvo XC40 Recharge T5 : notre avis sur la version hybride rechargeable
Faut-il donner plus de pouvoir aux syndicats dans l'entreprise ?
L’Italie annonce un montant colossal pour lutter contre l’impact du coronavirus