La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 569,16
    -97,10 (-1,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 083,37
    -74,77 (-1,80 %)
     
  • Dow Jones

    33 290,08
    -533,37 (-1,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1865
    -0,0045 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -10,90 (-0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    29 818,00
    -707,56 (-2,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,52
    -51,42 (-5,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,50
    +0,46 (+0,65 %)
     
  • DAX

    15 448,04
    -279,63 (-1,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 017,47
    -135,96 (-1,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 030,38
    -130,97 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 166,45
    -55,41 (-1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    28 964,08
    -54,25 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 801,27
    +242,68 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,3809
    -0,0115 (-0,83 %)
     

Coronavirus : comment la majorité a convaincu le MoDem de voter le pass sanitaire

·1 min de lecture

Le projet de loi de sortie de crise sanitaire a finalement été voté mardi soir à l'Assemblée nationale. Le gouvernement avait subi dans l'après midi un camouflet de la part du MoDem, les députés du parti de Francois Bayrou ayant voté contre le texte. Alors pour faire rentrer le parti dans le rang, le gouvernement a dû faire un geste mardi soir, et négocier avec son allier.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Une deuxième délibération du texte a été organisée jusque tard dans la nuit, avec des tensions dans l'hémicycle, pour finalement aboutir à une concession. Le MoDem voulait en effet limiter la période de transition après la sortie de l'état d'urgence sanitaire. En guise de gage aux alliés centristes, l'exécutif a donc accepté d'écourter cette période pendant laquelle des restrictions de libertés restent à sa disposition face à la pandémie, du 2 juin à fin septembre, plutôt que fin octobre. 

Ne pas se faire oublier d'Emmanuel Macron

Mais derrière tout cela, ce qu'il faut surtout comprendre, c'est que le MoDem a voulu adresser un message à Emmanuel Macron. Car ses députés ne sont pas des godillots qui votent les yeux fermés toutes les demandes du gouvernement. Ces derniers jours, ils se sont sentis méprisés par Christophe Castaner, le patron des députés LREM, et ils ont donc profité de cette occasion pour montrer leur exaspération. 

LIRE AUSSI - EDITO - Régionales : le rapprochement LREM-LR est une manoeuvre "préparée de longue date par Emm...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles