Marchés français ouverture 3 h 45 min

Coronavirus : l’Europe à nouveau figée pour sept ans !

*

Alors que la crise sanitaire et la récession qui se profilent appellent une intervention publique et coordonnée sans précédents, la négociation intergouvernementale du cadre financier pluriannuel (fixant l’enveloppe du budget communautaire pour la période 2021-2027) révèle les contradictions dans lesquelles l’Union européenne est empêtrée. Ses habitants vont subir sept nouvelles années « d’ajustements structurels », synonymes d’austérité budgétaire et salariale.

L’habituel jeu de rôle auquel se livre chacune des institutions européennes ne manquera pas de se terminer par le même résultat qu’en 2014. La Commission propose une enveloppe réputée plus ambitieuse, en progression de 4,8% et représentant 1,13% du PIB communautaire. Le Parlement européen surenchérit en proposant un volume de 1,3% du PIB communautaire (1.134,5 milliards sur sept ans). Mais le Conseil européen aura le dernier mot. En son sein les pays dits « frugaux » (Autriche, Danemark, Pays-Bas, Suède), favorables au moins-disant budgétaire et fiscal, l’emporteront, puisque la règle de l’unanimité leur octroie un droit de veto. Ils proposent pour l’heure une enveloppe limitée à 1,07% en engagements (1 087 milliards). La France, contributrice nette, pleurera la baisse du « retour » obtenu en faveur de la PAC. L’Allemagne arbitrera en invoquant la perte de recette liée au

Lire la suite