La bourse ferme dans 5 h 34 min
  • CAC 40

    4 881,77
    -27,87 (-0,57 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 149,22
    -49,64 (-1,55 %)
     
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,13 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1826
    -0,0042 (-0,35 %)
     
  • Gold future

    1 906,20
    +1,00 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    11 076,31
    +38,85 (+0,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    263,06
    +1,60 (+0,61 %)
     
  • Pétrole WTI

    39,06
    -0,79 (-1,98 %)
     
  • DAX

    12 370,10
    -275,65 (-2,18 %)
     
  • FTSE 100

    5 839,30
    -20,98 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    23 494,34
    -22,25 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,68 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3071
    +0,0033 (+0,25 %)
     

Coronavirus: en Irak, le nombre de nouveaux cas explose

·1 min de lecture

Au cours des dernières 24h, le pays a enregistré un nouveau record : plus de 5 000 nouveaux cas, portant le nombre total à 252 075, dont 7 359 décès. L'un des bilans les plus élevés au Moyen-Orient.

Avec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann

Les hôpitaux pourraient bien perdre le contrôle de la pandémie dans les prochains jours. C'est ce qu'affirment les autorités irakiennes, qui tirent la sonnette d'alarme face à une récente flambée de nouveaux cas au Covid-19.

La semaine dernière, l'Irak commémorait l'Achoura, l'une des plus importantes fêtes religieuses dans le monde musulman. Des milliers de pèlerins se sont ainsi rassemblés à Kerbala, à 80 km au sud de Bagdad, sans mesures sanitaires suffisantes. De quoi augmenter la pression sur les hôpitaux, déjà à bout de souffle en temps normal.

À titre d'exemple : l'Irak compte 14 lits pour 10 000 habitants, contre 60 en France. Le pays manque cruellement de médecins, d'unités de soins intensifs, ou encore de respirateurs dans les hôpitaux publics.

Appel à la responsabilité

Beaucoup d'Irakiens, atteints d'autres maladies, hésitent même aujourd'hui à se rendre dans ces établissements qu'ils jugent infectés. Le ministère de la Santé appellent la population à la plus grande vigilance et à respecter les mesures sanitaires, mais dans les rues de Bagdad, rien n'y fait : très peu portent le masque et respectent la distanciation sociale, faisant craindre un scénario catastrophe dans le pays.