La bourse ferme dans 5 h 31 min
  • CAC 40

    4 876,51
    -33,13 (-0,67 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 146,58
    -52,28 (-1,63 %)
     
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,13 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1825
    -0,0044 (-0,37 %)
     
  • Gold future

    1 905,60
    +0,40 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    11 088,96
    +51,50 (+0,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    263,06
    +1,61 (+0,61 %)
     
  • Pétrole WTI

    39,06
    -0,79 (-1,98 %)
     
  • DAX

    12 358,95
    -286,80 (-2,27 %)
     
  • FTSE 100

    5 836,34
    -23,94 (-0,41 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    23 494,34
    -22,25 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,68 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3066
    +0,0028 (+0,21 %)
     

Coronavirus : il faudrait un vaccin efficace à 80 % pour éteindre la pandémie

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

Plus de 150 vaccins sont actuellement en développement à travers le monde, dont cinq ont franchi le stade de phase 3, la dernière étape qui vise à vérifier l’efficacité du vaccin à grande échelle (essais sur 30.000 à 40.000 personnes), soit la dernière étape avant la demande d’autorisation de mise sur le marché. La Russie a par ailleurs annoncé le 12 août dernier le « premier » vaccin contre le coronavirus baptisé Spoutnik V, sans que l’on ait la moindre idée de son efficacité réelle.

Selon Bill Gates, il faudra au moins deux doses de vaccin par personne contre le coronavirus

Vaccins : des taux d’efficacité très variables

Car c’est bien tout le problème : il ne suffit pas de développer un vaccin qui marche sur le papier, encore faut-il qu’il induise une réponse immunitaire suffisante et chez un grand nombre de patients. Et c’est loin d’être évident. Le vaccin contre la grippe, par exemple, a une efficacité très variable selon les années. En 2016, son taux d’efficacité n’a pas dépassé 20 % à 30 %, en raison d’une mutation inattendue de la souche dominante. Mais même en l’absence de mutation, il n’existe pas de vaccin protégeant à 100 % (le meilleur vaccin actuel étant celui contre la rougeole, qui offre une protection de 93 % à 98 %). Dans ce contexte, quelle devrait être l’efficacité d’un vaccin contre la Covid-19 pour enrayer l’épidémie ?

Un vaccin seul ne permettra pas un retour à la normale

Des chercheurs de la CUNY Graduate School of Public Health and Health Policy de New York ont effectué des simulations pour établir à partir de quelle efficacité le vaccin stopperait la propagation de la maladie. Selon leurs calculs, publiés dans l’American Journal of Preventive Medicine, l'efficacité du vaccin devra être d'au moins 60 % pour éteindre l’épidémie en cours dans le cas où 100 % de la population est vaccinée. Si la couverture vaccinale descend à 75 % (ce qui est plus probable), l’efficacité du vaccin devra alors atteindre 80 %.

Le seuil...
Le seuil...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura