La bourse ferme dans 4 h 9 min

Coronavirus : comment les Etats vont sauver l'économie

C’est l’un de nos meilleurs économistes, fin analyste des crises et de l’industrie. Il a fait partie des experts consultés par Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, pour élaborer son vaste plan de sauvetage. Elie Cohen décrypte l’ampleur du choc du coronavirus, qui risque d'être encore plus important qu'en 1929. Et analyse la riposte des Etats. Entretien. 

Challenges - Cette crise est-elle plus grave que celle de 2008 ou même celle de 1929 ?

Elie Cohen. Elle est totalement différente. Les crises de 1929 et 2008 s’étaient installées au cœur du système, par une thrombose créée par l’excès de crédit. Cela avait provoqué un effondrement des marchés financiers, qui s’était ensuite transmis à l’économie réelle. Aujourd’hui, c’est différent. L’économie réelle souffre directement. Le coronavirus a créé une paralysie du système productif que nous n’avions jamais connue. L’impact risque d’être plus important. Mais il est totalement imprévisible car la durée de la crise est liée à des paramètres épidémiologiques et pas économiques.

Une fois la pandémie maîtrisée, l’activité peut repartir très vite…

Il existe deux scénarios. Le premier, optimiste, table sur un choc de quelques mois et un rebond rapide de l’économie. Après une récession, l’activité peut vite repartir. C’était le cas en 2008, la croissance avait suivi une courbe en V. Un second scénario, détaillé dans un rapport des chercheurs de l’Imperial College de Londres, anticipe une réplique de l’épidémie et donc une deuxième période de confinement. Ce qui aurait des conséquences bien plus graves avec une forte récession mondiale.

Les plans de sauvetage de l’économie se multiplient. Sont-ils appropriés ?

Ils sont cohérents pour faire face au choc, notamment en France. Les mesures portées par Bruno Le Maire sont très pragmatiques. Elles visent à sauver les entreprises par un soutien financier et éviter les licenciements grâce à un recours massif au chômage partiel. C’est ce qu’il faut faire d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi