La bourse ferme dans 3 h 52 min

Coronavirus : une entreprise toulousaine croule sous les commandes de "lessiveuses" sanitaires

Si certains secteurs pâtissent lourdement de l'épidémie de Coronavirus, d'autres au contraire en tirent des bénéfices. C'est le cas de la société Tesalys, basée à Toulouse, et qui produit des "lessiveuses" sanitaires, rapporte Le Parisien. Ces machines peuvent traiter entre 5 et 20 kg de matériaux, et ce, en moins d'une heure. Idéal pour décontaminer les milliers de blouses, masques, seringues ou autres déchets médicaux.

>> A lire aussi - Coronavirus : pénurie mondiale de masques et autres équipements de protection

Face à l'ampleur de la tâche, les pays asiatiques ont lancé des appels d'offres auxquels la société toulousaine a répondu. En effet, la PME, qui produit une centaine de "lessiveuses" par an va devoir mettre les bouchées doubles puisque des contrats avec le Viêt Nam, la Thaïlande, la Malaisie, mais aussi la Chine sont en train d'être finalisés.

Entre 50.000 et 500.000 euros

La Chine, pays d'où est partie l'épidémie, a d'ores et déjà commandé une trentaine de broyeurs-stérilisateurs à Tesalys, dont les cinq modèles sont vendus entre 50.000 et 500.000 euros. Les hôpitaux d'une soixantaine de pays ont déjà fait appel à la société toulousaine. Comme le détaille le PDG de la société, le principe d'utilisation est simple : "On met les déchets dans un sac ou un carton que l'on place dans la machine. Là, ils seront broyés et réduits en confettis avant de tomber dans une cuve à vapeur qui décontamine ces mini-déchets à 135 degrés. Les résidus inoffensifs peuvent être jetés dans le circuit classique des poubelles", explique au Parisien Miquel Lozano.

>> A lire aussi - Coronavirus : l'énorme performance d'une entreprise française pour la construction d'un hôpital en Chine

Dans le monde, il n'y a que sept entreprises capables de décontaminer les déchets médicaux, mais la société toulousaine se distingue de ses concurrents grâce à des machines plus mobiles, plus petites et faciles à monter. Pour répondre à la demande, Tesalys va devoir embaucher du personnel supplémentaire. La

(...) Cliquez ici pour voir la suite

BlackRock : des militants saccagent le siège parisien du géant de la finance
Immobilier : acheter un logement neuf avec son smartphone, c’est possible avec Unlatch
L’armée lance le développement du Guépard, son futur hélicoptère polyvalent
LOL, les nouvelles poupées stars
Peugeot e-208, Opel Corsa-e, Mini Electric.. 12 urbaines à la conquête des Français