La bourse est fermée

Coronavirus : comment se diagnostiquer en ligne ?

Fabrice Auclert, Journaliste

Fièvre, toux, fatigue… Les symptômes liés au coronavirus sont nombreux et variés, et le plus souvent bénins. Mais, comment savoir s’il y a une suspicion du virus sans contacter son médecin, et surtout sans se rendre à l’hôpital ? Le ministère de la Santé recommande un site d’auto-diagnostic mis en ligne par l’Alliance digitale contre le covid-19 : https://maladiecoronavirus.fr/

Il y a 23 questions, et en fonction de vos réponses, vous obtenez une « recommandation » et le site précise que « ça ne constitue pas un avis médical » et en cas de doute, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien.

Un questionnaire en ligne pour désengorger le 15

Aux États-Unis, Microsoft a mis à disposition du CDC (Centre de contrôle et de prévention des maladies) un chatbot pour évaluer l’infection ou pas au coronavirus. Le Healthcare Bot de Microsoft, que chacun peut télécharger, s’appuie notamment sur l’intelligence artificielle pour répondre aux questions du patient, et il s’agit donc davantage d’une conversation que d’un test classique. Il est précisé que les données peuvent s’ajouter aux dossiers médicaux en ligne.

Le chatbot de Microsoft engage la conversation pour faire un premier diagnostic. © Microsoft

Le diagnostic de Siri ne fonctionne qu'aux États-Unis

Enfin, il y a Apple puisque l’assistant vocal Siri propose depuis quelques jours d’effectuer un diagnostic. C’est réservé aux Américains et il faut prononcer la question : « How do I know if I have coronavirus ? » ou « Do I have coronavirus ? » pour lancer le test. Ensuite, c’est le même principe et il faut répondre par « oui », « non » ou « je ne suis pas sûr ». Les réponses sont apportées par le CDC et le Service de santé publique américain.

Si vous posez la question en français, Siri renvoie vers le site du gouvernement. Même chose pour les Anglais. Ce n'est donc pas certain que cette fonction soit proposée dans les semaines qui viennent dans d'autres pays que les États-Unis. Pour les possesseurs de montres connectées, dont...

> Lire la suite sur Futura