La bourse est fermée

Coronavirus: la CPME appelle le gouvernement à déclencher une clause de force majeure

1 / 2

Coronavirus: la CPME appelle le gouvernement à déclencher une clause de force majeure

Mieux vaut prévenir que guérir. Même si pour le moment aucune usine en France n'a été arrêtée pour cause de contamination au coronavirus, la CPME veut prendre les devants.

L'organisation patronale souhaite d'abord que l'épidémie puisse être considérée comme un "cas de force majeure". Sur BFM Business, François Asselin, son président, détaille cette demande.

"Lorsque vous avez un contrat qui est signé entre deux entreprises, vous avez des délais de livraison à respecter et associés à ces délais, vous pouvez avoir des pénalités de retard qui fait que pour certains contrats, ça peut être 1000 euros par jour calendaire non respecté et parfois ces pénalités ne sont même pas plafonnées. (...) On va pas jouer à se faire peur mais imaginons demain que nous soyons dans une situation où vous êtes bloqué, parce que vous avez un cas de coronavirus dans votre entreprise, que vous devez fermer votre atelier de production, vous n'allez pas livrer votre client et votre client pourrait se retourner contractuellement vers vous (...) autant vous dire que si l'entreprise est petite, elle est fragile et là ça peut être au-delà du risque sanitaire, un risque majeur économique".

Juridiquement flou

Concrètement, est-ce au gouvernement de prononcer cet état de force majeur à l'image de l'état de catastrophe naturelle qui permet de couvrir les pertes via son assurance? 

Pour François Asselin, "c'est beaucoup plus flou juridiquement. Le gouvernement...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi