La bourse est fermée

Le coronavirus confirme la fragilité des politiques industrielles occidentales

*

L’année 2020 commence à peine lorsque tous les yeux se tournent vers la deuxième économie du monde. La Chine,victime d’une catastrophe sanitaire se retrouve dans une situation délicate. Le virus apparu dans la ville de Wuhan se propage dans toutes les provinces et présente dès ce mois de février un grand risque de pandémie.

Qualifiée d’atelier du monde depuis les années 1990, la Chine présente aujourd’hui d’autres inquiétudes économiques et financières. Comment respecter les délais de fabrication ou encore l’exportation des biens de consommation, des divers véhicules ou moyens de production vers les pays occidentaux, lorsque les entreprises, les infrastructures portuaires ou aériennes sont obligées de stopper leurs activités ?

Depuis plus de trente ans, les pays occidentaux ont pris la responsabilité d’abandonner leurs secteurs industriels

Si le Coronavirus met la Chine en quarantaine et le monde entier en difficulté, elle donne également une leçon qui malheureusement risque de ne pas être reçue. Depuis plus de trente ans, les pays occidentaux ont pris la responsabilité d’abandonner leurs secteurs industriels, es uns après les autres en les confiant aux pays où les coûts de production plus faibles garantissaient un taux de profit élevé. Cette stratégie fut accompagnée de multiples accords commerciaux qui avaient pour objectif de conserver des salaires faibles dans les pays de l’OCDE. Protégés par un marketing bien aiguisé, les produits peu chers, importés de Chine ou d’autres pays émergents pouvaient remplir les rayons des supermarchés en masquant au mieux les inégalités sociales aiguisées par la mondialisation. Portée et transmise depuis plusieurs décennies par des décideurs économiques et politiques, une logique de courte vue, purement comptable, a été établie sans tenir compte qu’un facteur exogène aussi petit qu’un virus, pouvait faire basculer cette machine infernale. Quand la Chine s’arrête, c’est le monde entier qui tousse.

Lire la suite