La bourse ferme dans 7 h 37 min
  • CAC 40

    5 415,97
    -43,65 (-0,80 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 500,34
    -36,04 (-1,02 %)
     
  • Dow Jones

    30 303,17
    -633,83 (-2,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,2096
    -0,0015 (-0,12 %)
     
  • Gold future

    1 839,20
    -9,70 (-0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    25 802,70
    -697,18 (-2,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    629,39
    +1,73 (+0,28 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,41
    -0,44 (-0,83 %)
     
  • DAX

    13 415,89
    -204,57 (-1,50 %)
     
  • FTSE 100

    6 489,34
    -78,03 (-1,19 %)
     
  • Nasdaq

    13 270,60
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 750,77
    -98,85 (-2,57 %)
     
  • Nikkei 225

    28 197,42
    -437,79 (-1,53 %)
     
  • HANG SENG

    28 550,77
    -746,76 (-2,55 %)
     
  • GBP/USD

    1,3640
    -0,0051 (-0,38 %)
     

Les compagnies aériennes perdent "des milliards par jour" à cause du coronavirus

·2 min de lecture
Les compagnies aériennes perdent "des milliards par jour" à cause du coronavirus

"Le sol se dérobe sous nos pieds". Sur BFM Business ce jeudi, l'ancien patron d'Air France et désormais président de l'Association internationale du transport aérien (IATA) ne cache pas son désarroi.

Avec la crise du coronavirus, le secteur aérien prévoit désormais "une baisse de chiffre d'affaires de 252 milliards de dollars, c'est-à-dire 40% du chiffre d'affaires annuel" explique Alexandre de Juniac. "C'est la crise la plus sévère à laquelle nous avons été confrontés" souligne-t-il. "Plus sévère que le 11-Septembre, plus sévère que la crise financière de 2008, que le SARS... C'est sans précédent."

"Non seulement, le virus se répandant, les Etats ont fermé les frontières (…) et donc le trafic a tout simplement baissé entre 80 et 90%" détaille Alexandre de Juniac. Et "deuxièmement, se conjugue la récession économique".

"Nous aider, massivement et très vite"

Comment s'en sortir? "Nous avons besoin de cash, nous avons besoin de trésorerie" détaille le président de l'IATA. D'autant plus que, si le secteur n'a plus aucun revenu, il a encore "des coûts à couvrir" comme les remboursements aux passagers. "Nous perdons des milliards par jour" poursuit Alexandre de Juniac. "Or, en début d'année, les compagnies ariennes, elles ont deux mois de trésorerie. (…) Si ça dure jusqu'à mi-juin, il y aura probablement la moitié des compagnies aériennes qui seront à court de trésorerie."

"On a demandé au gouvernement de nous...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi