La bourse est fermée

Le coronavirus, accélérateur d’un monde plus digital ?

latribune.fr

Lors de la précédente épidémie du SRAS, en 2003, les sites de e-commerce comme Alibaba ou JD.com ont pu saisir « l'opportunité » de réaliser une expansion fulgurante et d'introduire leurs services dans la vie quotidienne des Chinois. En 2020, si les mesures de confinement dues au coronavirus ont en grande partie paralysé les activités économiques et sociales en Chine, elles ont toutefois stimulé le développement rapide de quelques nouveaux secteurs. Tout d'abord, l'éducation en ligne : depuis plusieurs semaines, les élèves de différents niveaux scolaires qui restent à la maison suivent des cours en ligne en direct avec leurs enseignants, ou interagissent avec eux de manière virtuelle, et utilisent aussi de nombreuses plateformes d'apprentissage comme Study.163, Xueersi ou Koolearn.

Des avantages non négligeables

Ensuite, le télétravail. Beaucoup de logiciels de ce genre ont vite gagné en popularité : DingTalk (Alibaba), WeChat Work (Tencent), Feishu (ByteDance), WeLink (Huawei)... Entre le 22 janvier et le 12 février, plus de 400 millions de Chinois ont utilisé des applications de télétravail, selon les données de MobTech. Le télétravail est longtemps resté marginal dans le pays, avec seulement 4,9 millions de télétravailleurs en 2018. La raison : il est relativement plus difficile de mesurer l'efficacité du travail et de créer une forte ambiance d'équipe à distance, surtout que la discipline et l'esprit communautaire sont très valorisés dans la culture chinoise.

Toutefois, dans cette période spécifique, ce nouveau mode de travail présente un fort potentiel grâce à ses avantages non négligeables : moins de risques de contamination, moins de contraintes liées à l'espace ou au temps, ainsi qu'une réduction des coûts de communication. D'ailleurs, dans les grandes villes comme Pékin ou Shanghai, les pertes de temps s'accumulent facilement dans les transports ou les embouteillages, notamment aux heures de pointe. Le déploiement prévu du réseau

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


E-commerce : pourquoi le géant chinois JD.com résiste très bien au coronavirus
Coronavirus : Amazon recrute 100.000 personnes pour absorber le bond de commandes