La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 268,92
    -473,90 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 402,00
    +0,14 (+0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2165
    +0,0031 (+0,26 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 335,36
    -1 276,64 (-2,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 505,47
    +1 262,79 (+520,35 %)
     
  • S&P 500

    4 153,22
    -35,21 (-0,84 %)
     

Coronavirus : 5.000 cas détectés par jour, c'est pour dans trois semaines ou dans trois mois ?

·1 min de lecture

Fin mars, le président de la République, Emmanuel Macron, annonçait l'extension des mesures de restriction supplémentaires contre le Covid-19 à l'ensemble du territoire. Dans les 19 départements où ces mesures avaient été prises quelques jours auparavant, le fléchissement des indicateurs de l'épidémie semble déjà entamé. À l'échelle nationale en revanche, on devrait en savoir beaucoup plus à la fin de cette semaine.

 

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mardi 13 avril

L'équation est simple. Pour observer une éventuelle stabilisation des indicateurs après la mise en place d’un confinement, il faut généralement deux semaines. Parmi ces indicateurs, le taux de reproduction, c’est-à-dire le nombre moyen de personnes que contamine un malade, sera ainsi regardé avec une attention toute particulière. Si l'on observe qu'il demeure au-dessus de 1, cela signifiera que l’épidémie continue d’augmenter. Mais cette hypothèse ne semble pas privilégiée.

5.000 cas par jour dans trois semaines ?

Les mesures annoncées fin mars, avec notamment la fermeture des écoles, pourrait faire le taux de reproduction redescendre vers 0,7. Dans le cadre de cette projection, certes optimiste, l’épidémie reculerait rapidement, comme l’explique l’épidémiologiste Antoine Flahault mardi sur Europe 1.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

"Si ce taux est autour de 0,7 (ce que l'on a vu au Portugal par exemple récemment), on peut espérer une diminution p...


Lire la suite sur Europe1